Partager

Des dizaines de milliers de personnes ont participé, mardi 6 août au Malawi, à de nouvelles manifestations. Organisées à intervalles réguliers depuis les élections contestées du 21 mai, ces marches ont pour but d’obliger la présidente de la commission électorale, Jane Ansah, à démissionner en raison de sa gestion controversée du scrutin. Mardi, les manifestations ont tourné à l’émeute à Lilongwe, la capitale, où l’armée a dû être déployée. Un journaliste de Lilongwe, Golden Matonga, a estimé la foule à des centaines de milliers de personnes dans les rues de la capitale. Des dizaines de milliers d’autres manifestants ont défilé à Blantyre et Mzuzu, dont plus de 20 000 à Blantyre, la métropole économique, et un peu moins dans la troisième ville du pays, Mzuzu. Ces protestations ont eu lieu un jour après qu’un tribunal a rejeté la requête du procureur général du pays qui cherchait à interdire les manifestations. Voitures incendiées, magasins pillés. Les marches de Blantyre et Mzuzu ont été généralement pacifiques, mais à Lilongwe des violences ont éclaté et le calme n’est revenu qu’avec le déploiement de l’armée. Des habitants ont dit avoir vu des voitures incendiées et des magasins pillés toute la journée.AFP