Partager

Des manifestants égyptiens occupaient et pillaient lundi le siège des Frères musulmans, attaqué dans la nuit après des heurts meurtriers entre partisans et opposants du président Mohamed Morsi, issu de la puissante confrérie, a constaté un l’un de nos journalistes. Au moins 16 personnes ont trouvé la mort lors des manifestations dimanche, dont huit dans des heurts entre partisans et adversaires du président islamiste Mohamed Morsi au Caire, a indiqué lundi le ministère de la Santé. Aux abords de l’immeuble, des manifestants scandaient des slogans hostiles au président Morsi et aux Frères musulmans sur fond de musique patriotique. Dans la nuit, Gehad al-Haddad, un porte parole de la confrérie avait rapporté que 150 « voyous non identifiés » attaquaient le bâtiment en lançant des cocktails molotov et des pierres, ainsi que des tirs de chevrotine. La télévision avait également montré des images du bâtiment attaqué par des dizaines de personnes. Au total dimanche, six personnes ont été tuées dans des heurts entre pro et anti-Morsi à travers le pays selon le ministère de la Santé. L’Égypte est profondément divisée entre les adversaires de M. Morsi qui dénoncent une dérive autoritaire du pouvoir destinée à instaurer un régime idéologiquement et politiquement dominé par les islamistes et ses partisans pour qui il puise sa légitimité dans son élection, la première démocratique dans le pays. AFP.