Partager

Armée malienne : deux éléments de la Garde pris en flagrant délit de braquage

En détention au QG de la Garde Nationale depuis une dizaine de jours environ, Allaye Sow et Mory Mariko sont au cœur d’une affaire qui cache sans doute des connexions impénétrables. Et pour cause : après avoir délesté un comptable de 40 millions, en pleine rue de la capitale, les deux malfrats ne désespèrent pas de bénéficier du secours et de la protection d’une main invisible pour s’en tirer à meilleur compte.

L’affaire continue de défrayer la chronique dans les casernes de la capitale et agite plus particulièrement la Garde Nationale. C’est à ce corps qu’appartiennent en effet les deux (2) malfrats sur lesquels la Gendarmerie a réussi à mettre le grappin, à la suite des enquêtes sur le cas d’un comptable délesté d’une bagatelle de 40 briques en plein centre de Bamako. L’opération rocambolesque, qui remonte à deux semaines environ, précisément le mardi 14 Août dernier, porte la marque visible d’Allaye Sow et de Mory Mariko. Les complices du délit d’escroquerie et de cambriolage, respectivement des promotion 2005 et 2009 de la Garde Nationale, ont pris pour cible un paisible citoyen, le gérant d’un commerce général. Son identité ne nous a pas été révélée – mais on imagine qu’il allait connaître la pire des mésaventures qui puissent arriver à un responsable de caisse. En partance pour son domicile après une journée laborieuse et naturellement fructueuse une veille de la fête, l’intéressé a été intercepté aux environ de 21 heures en face de l’Immeuble Nimaga par ses bourreaux à bords d’un voiture Mercedes. Il a été la cible d’une embuscade tendue par la bande menée par le duo Allaye Sow – Mory Mariko, en compagnie d’autres porteurs d’uniforme parmi lesquels des civils déguisés en militaire, selon nos recoupements.

Argument pris d’un mandat d’arrêt à son sujet signé des mains d’un officier supérieur, ils ont invité leur cible à se mettre à leur disposition en les suivant. Face à son refus d’obtempérer, les bourreaux ont dû recourir à la méthode forte face à l’attroupement d’une foule progressivement attirée par leurs manœuvres et la résistance de leur cible. Les habitants et passants des environs ont même pris un coup de gaz lacrymogène pour la circonstance. Et, pour abréger et diligenter l’opération, ils ont fini par prendre le gérant à la gorge et le contraindre à se soumettre à une fouille corporelle au bout de laquelle il a consenti a être délesté de la somme de cent mille francs CFA qu’il gardait dans ses poche, puis d’une valise contenant la rondelette somme de quarante (40) millions.

Le gain de la partie a été partagé vraisemblablement dans la caserne de Kati. C’était, en tout cas, la destination finale de la voiture Mercedes en question, à en croire les témoignages de curieux ayant discrètement poursuivi la bande.

Mais le nommé Allaye Sow n’est retourné que le lendemain matin parmi ses collègues du Camp de Garde où il a fait l’objet d’une interpellation par qui de droit sur sa défection de la veille. Au Bureau des Relations Publiques et de la Coopération, l’élément en question, à en croire nos indiscrétions, a dû fournir des explications assez peu convaincantes pour ne pas lui épargner une punition finalement limitée à 3 heures d’enferment grâce aux intercessions de son complice Mory Mariko auprès de leur hiérarchie commune.

Pour mieux disposer de sa part du gain, l’intéressé, prétextant d’un état de santé défectueux, a sollicité dès le lendemain de sa libération un repos auprès du même Commandant, qui lui a conseilla de passer par la voie régulière d’obtention d’une fiche médicale. Il finit par obtenir une autorisation d’absence à l’infirmerie à coups de mensonges, mais son départ précipité du camp fut aussitôt suivi de la traque de limiers mis à ses trousses ainsi qu’à celles de son complice par les services de la Gendarmerie, à cause des éléments visuels réalisés par des témoins de la scène de cambriolage.

Le Lieutenant Ousmane Coulibaly, c’est de lui qu’il s’agit, a d’abord demandé à disposer du complice Mory Mariko de la CCS (Compagnie des Commandements et des Services), lequel ébruita l’affaire en commettant l’indélicatesse de proposer la bagatelle de 800 mille Francs à un Adjudant chef de la Gendarmerie aux fins d’éteindre l’affaire dans son œuf. Aussi son implication a-t-elle été aussitôt mise en évidence par sa mise à table au QG de la Gendarmerie où il aurait même tenté d’accabler un Caporal Toto, un planton du Capitaine Ibrahima Dia, actuellement adjoint au chef de la sécurité présidentielle. Les interrogatoires n’ayant pas révélé une implication de l’intéressé, la Gendarmerie s’est mise aux trousses du deuxième malfrat en cavale, en l’occurrence Allaye Sow du GMO (Groupement Mobile) de la Garde Nationale. Ses marges de manœuvres réduites par des consignes fermes à tous les postes-frontières, celui-ci n’a eu de choix que de se retrouver dans les mailles des services de Gendarmerie où les preuves de son forfait ont été aussitôt démontrées par la découverte d’une bagatelle de 2 millions de francs CFA qu’il gardait sur lui.

Les deux comparses se trouvent actuellement sous bonne garde, au niveau de leur corps d’origine, et attendent impatiemment leurs sorts qui pourraient être scellés aujourd’hui à l’Etat Major de la Garde Nationale où leurs commandants respectifs sont conviés.

Il nous revient aussi que des démarches et les négociations ont été activées depuis Kati où l’on ne sait pour quels intérêts, des mains invisibles ont éprouvé le besoin d’interférer dans le dossier sous prétexte de sauver l’honneur de l’armée malienne.

A.Keïta

Aurore du 29 Août 2012