Partager

Environ deux mille femmes ont manifesté jeudi à Conakry pour exiger le départ du président de la Céni chargé de préparer les élections législatives, mais accusé d’être un proche du président Alpha Condé, a constaté l’un de nos journalistes. Vêtues pour la plupart de T-shirts à l’effigie des principaux leaders de l’opposition guinéenne – Cellou Dalein Diallo, Sidya Touré ou Lansana Kouyaté – ces femmes on scandé des slogans hostiles au président de la Céni, Loucéni Camara. Les élections législatives devaient constitutionnellement avoir lieu au plus tard 06 mois après l’investiture du président Alpha Condé en décembre 2010, mais elles ont été sans cesse reportées depuis. La Céni avait fini par annoncer le 1er mars avoir arrêté la date du 8 juillet pour ce scrutin, mais l’opposition avait dénoncé une décision unilatérale et déploré que cette date ait été fixée avant même la fin de l’audit du fichier électoral. De son côté, l’UE avait averti que sans élections démocratiques, elle ne débloquerait pas d’aide au pays.Face à ces oppositions, le président Alpha Condé avait annoncé la semaine dernière le report sine die du scrutin du 8 juillet, invoquent des « problèmes techniques ». Un CNT fait actuellement office de Parlement. Il a été mis en place début 2010, durant la transition militaire conduite par le général Sékouba Konaté. AFP.