Partager

Des groupes d’ex-rebelles opérant sous la bannière de l’armée libyenne, ont lancé mercredi une attaque contre Bani Walid, un des derniers bastions du régime déchu de Mouammar Kadhafi, faisant au moins 11 morts et des dizaines de blessés, selon des sources locales. Cette attaque coïncide avec le premier anniversaire de l’annonce de la « libération » de Bani Walid, une ville accusée d’avoir appuyé le régime de Mouammar Kadhafi durant la révolution de 2011. La menace d’un assaut pesait depuis plusieurs semaines sur Bani Walid à la suite de la mort d’un ex-rebelle de Misrata, Omran Ben Chaabane, 22 ans, enlevé et torturé dans la ville. Le CGN, la plus haute autorité du pays a exigé le 25 septembre des ministres de la Défense et de l’Intérieur qu’ils trouvent les auteurs de l’enlèvement de Ben Chaabane « par la force si cela est nécessaire ». L’armée, appuyée par des milices formées d’anciens rebelles, encercle depuis la ville et des affrontements quasi-quotidiens opposent les deux camps. La semaine dernière, des chefs de tribus de Bani Walid ont indiqué qu’ils refusaient l’entrée de « milices hors la loi » de Misrata dans leur ville, estimant que l’armée était « inexistante ». Les autorités de transition peinent à construire une armée et une police et à contrôler les dizaines de milices d’ex-rebelles qui font la loi dans le pays. AFP.