Partager

C’est la question qui reste pendante à Bafoulabé et ses environs. Et pour cause : lors de la prise de contact des élus URD avec les populations de la localité, le 14 Juin 2008, une forte délégation composée du maire, des députés et conseillers municipaux du Rassemblement Pour le Mali (RPM) de Kita et Nioro était présente aux cérémonies.

Cette attitude des cadres du RPM pourrait être placée dans le cadre amical de retrouvailles entre les fils d’une même région. Mais les propos tenus par le porte-parole de la délégation du RPM -et cela, en présence même du président du Bureau Politique National de l’URD, M. Younoussi Touré- donne à réfléchir.

Et de se poser la question : cette approche des élus du parti d’Ibrahim Boubacar Keïta reviendrait-elle à conclure qu’ils vont bientôt le lâcher pour rejoindre le parti de la poignée de mains ? Rien n’est moins sûr, surtout quand on sait que ce qui compte le plus en politique au Mali, c’est la défense de ses propres intérêts.

Ainsi, lors de la prise de contact entre les trois élus URD et leurs militants, il s’agissait, pour Sékou Idrissa Diakité et ses deux collistiers (Gossi Draméra et Abdoulaye Dianessy), de remercier la population de Bafoulabé, ainsi que les 13 Communes de la préfecture, et de s’imprégner des difficultés de la localité.

Surtout à quelques mois des communales de 2009, il s’agira de se renforcer davantage pour ratisser large lors de ces prochaines échéances électorales. Aussi, c’est tout naturellement que des doléances seront formulées par le maire. Et pour l’aboutissement de ces préoccupations, des promesses et garanties ont été données.

Ainsi, l’union, l’engagement et le dévouement de chaque militant et sympathisant ont été demandés, tant par le député Sékou Idrissa Diakité que par le président du parti,Younoussi Touré, qui dira que cette mobilisation d’aujourd’hui prouve que l’URD est adulée et en bonne santé.

Vous êtes sortis nombreux; et cela prouve que vous êtes derrière Sékou Idrissa Diakité. Cela veut dire que vous croyez à l’idéal et l’initiative prônés par le parti de la poignée de mains. Cela veut dire aussi que vous vous projetez vers l’avenir”, a-t-il déclaré.

Et d’ajouter : “Je vous demande d’être avec Sékou Idrissa Diakité qui est capable de développer Bafoulabé. J’invite tous les autres élus de la première région à accompagner Sékou Idrissa Diakité dans ses nobles actions. Pour chacun ici présent, seul doit compter le développement local”.

L’événement tant attendu et qui arriva, c’est lorsque le porte-parole de la délégation des élus du RPM… déclare : “Nous sommes surpris de voir un tel engouement autour de l’URD à Bafoulabé. Notre présence s’explique par le fait que le parti URD est bien implanté ici. Et cela, grâce aux efforts de notre frère et ami Sékou Idrissa Diakité.

Par ma voix, nous exhortons tout Bafoulabé, avec ces 13 Communes, à participer au rayonnement et au renforcement de l’URD. Nous sommes fascinés et impressionnés; et nous vous invitons à plus d’engagement. Car sans une stabilité fiable, votre parti ne pourra avancer ”.

La déclaration fut acueillie par des applaudissements nourris des militants de l’URD qui ont duré plus de deux minutes. Et Younoussi Touré s’est dit comblé et fier des mots aimables du porte-parole de la délégation du RPM. Cependant, le président de l’URD coupera court à toute éventuelle rumeur, en déclarant que cette présence de la délégation des élus RPM n’est qu’une simple visite de courtoisie et d’amitié.

Nous ne sommes pas un parti qui va débaucher qui que ce soit, ni forcer quelqu’un à venir. Mais la présence de ces élus RPM s’inscrit dans le cadre purement confraternel et amical. Il ne s’agit pas, pour nous, de faire venir ces élus à notre parti”, a-t-il insisté. Notons pourtant que la délégation des élus du RPM est composée de deux députés (les élus de Nioro et Kita, Ousmane Bathily et Mamadou Tounkara), d’un maire élu à Kita, et des conseillers.

En tout cas, si jamais ces élus RPM se décidaient à rallier l’URD, ce sera un coup dur (un autre de plus) pour ibrahima Boubacar Keïta et ses partisans. Cela ne pourrait pourtant paraître surprenant, surtout quand on sait que depuis l’annonce de l’éventuelle fusion du RPM avec l’ADEMA, certains barons et autres cadres du parti des Tisserands, qui sont hostiles à cette démarche, entendent chercher ailleurs. Surtout que les places sont déjà presque saturées au sein du parti de l’Abeille.

Connaissant le climat de méfiance qui existe entre les différents partis politiques, il est difficile, pour un parti, de faire assister d’autres partis à un de ses événements, quel qu’il soit. C’est dire que cette visite de ces élus RPM à un évènement de l’URD peut être classée dans un contexte de rapprochement, même s’il ne dit pas encore son nom.

En tout cas, une simple amitié et une confraternité expliquent difficilement la présence de ces élus RPM, et non des moindres, à Bafoulabé. Surtout lorsqu’on se souvient des différentes manoeuvres de ces deux partis, lors des élections législatives de 2007.

Les propos tenus par le porte-parôle de la délégation des élus du parti d’IBK ne cachent-ils pas un machin? Lorsque le porte-parole déclare “notre présence s’explique par le fait que le parti URD est bien implanté ici. Et cela, grâce aux efforts de notre frère et ami Sékou Idrissa Diakité.

Par ma voix, nous exhortons tout Bafoulabé, avec ces 13 Communes, à participer au rayonnement et au renforcement de l’URD…”, ces propos ne dépassent-ils pas le cadre de l’amitié politique au moment où le RPM est engagé dans la bataille pour les communales à venir dans cette région?

Pourquoi ces élus RPM de Kita et de Nioro du Sahel se sont déplacés jusqu’à Bafoulabé pour tenir de tels propos? En faisant l’éloge de l’URD, voudraient-ils dire que le RPM est disqualifié pour jouer un rôle dans la bataille pour le développement de la région? Le BPN du RPM est-il informé des agissements des ces élus?

Dans tous les cas, pour parvenir à leurs fins, bien des moyens -légaux ou illégaux- avaient ont été usées pour éliminer les candidatures de l’un ou l’autre parti. D’ailleurs, certains cadres et militants des deux partis en furent victimes, même si d’autres ont pu survivre à ces manoeuvres.


Sadou BOCOUM

17 Juin 2008