Partager

La série de démissions qui est enregistrée actuellement au sein du Cnid-Faso Yiriwa Ton est d’une séquence telle que certains sont amenés à se poser la question suivante : Me Mountaga Tall est il la cible d’adversaires politiques qui cherchent à l’anéantir politiquement ? La question taraude les esprits tant l’annonce des démissions enregistrées par son parti a surpris tout le monde. En effet, deux personnalités clés du Cnid ont, en un lapse de temps, rendu le tablier pour prendre on ne sait d’abord quelle direction.

Il s’agit de l’honorable Hady Niangadou, député élu en Commune I du District. Ce compagnon de longue date du président Tall, dit-on dans son entourage, était jusqu’à son départ un vice-président du parti du « Soleil Levant ». C’est pourquoi sa démission est considérée par certains comme une énorme perte pour le parti, surtout en cette veille des élections législatives dont le calendrier est déjà fixé par les autorités compétentes.

On n’avait pas fini de faire des commentaires sur cette démission de Hady Niangadou que les militants ont appris avec stupéfaction le départ d’une autre personnalité du parti. Il s’agit du Dr. Alkory Ag Iknane. Ce qui est surprenant, c’est que ce dernier est de la même commune que l’honorable Niangadou qui a quitté le Cnid. C’est à juste raison donc que l’opinion s’interroge sur une éventuelle connexion qui existerait entre ces deux personnalités du parti du Soleil Levant.

Dans la correspondance qu’il a fait parvenir à la direction du parti, Dr. Alkory a écrit : « j’ai l’honneur de vous transmettre ma démission de toutes les instances du parti, le Congrès National d’Initiative Démocratique (Cnid) dont j’assumais jusqu’à ce jour les fonctions de président de la section de la Commune I du district de Bamako, coordinateur des régions de Kidal et Gao et vice-président du parti ».

En effet, Alkory Ag Iknan est un conseiller national qui siège au Haut Conseil des Collectivités Territoriales. Il est membre fondateur du Cnid-Faso Yiriwa Ton qu’il quitte à travers cette démission.
Pourquoi ces démissions en cascade au sein du Cnid ? Pourquoi choisir maintenant ? Qu’est-ce que les démissionnaires reprochent à Me Tall où à la direction du parti ? Ont-ils eu des échanges avec le président si des griefs ils en ont ? Quelqu’un serait-il derrière ces démissions ? Ce sont autant de questions pour lesquels l’opinion attend des réponses. Sinon la thèse du complot est à privilégier.

Laya DIARRA

Le Soir de Bamako du 27 Septembre 2013