Partager

Les chefs d’États d’Afrique centrale et de l’ouest ont plaidé lundi pour le déploiement d’une force navale internationale pour lutter contre la piraterie maritime, lors d’un sommet à Yaoundé consacré à la sécurité dans le golfe de Guinée. « J’invite la communauté internationale à faire preuve de la même fermeté dans le Golfe de Guinée que celle affichée dans le Golfe d’Aden, où la présence des forces navales internationales a permis de réduire drastiquement les actes de piraterie maritime », a déclaré dans son discours le président ivoirien Alassane Ouattara. De son côté, le président tchadien Idriss Déby a fustigé « un terrorisme international et multiforme » en Afrique, et plaidé pour la mise en place de la « force d’intervention rapide » dont la création a été décidée par l’UA fin mai; tout en soulignant que « la récente expérience du Mali montre que nous ne devons pas attendre. Une telle force peut aussi avoir sa composante de forces maritimes ». Les présidents nigérien, équato-guinéen, béninois, burkinabé, congolais, santoméen et togolais étaient également présents à l’ouverture du sommet qui doit se poursuivre jusqu’à mardi. Selon le bureau maritime international (BMI), le nombre d’actes de piraterie maritime recensés au large des côtes ouest-africaines en 2012 a dépassé pour la première fois celui des attaques dans le Golfe d’Aden et dans l’Océan Indien, avec 966 marins attaqués dans le golfe de Guinée, contre 851 marins au large des côtes somaliennes. AFP.