Partager

Un montant évalué à 750 millions de dollars, générés par la production minière entre 2011 et 2014, n’a pu être retracé de « manière fiable » dans la comptabilité de l’entreprise minière étatique de République démocratique du Congo, selon un rapport d’une ONG américaine. La Générale des carrières et des mines (Gécamines) a utilisé sa position privilégiée pour générer 1,1 milliard de dollars américains à partir de transactions de cuivre et de cobalt entre 2011 et 2014, selon ce rapport de l’ONG Centre Carter publié vendredi. « Environ deux tiers de ces recettes – soit 750 millions de dollars – ne peuvent pas être retracés de manière fiable dans les registres de l’entreprise », indique l’ONG dans son rapport intitulé « Affaire d’État ». Par ailleurs, l’ONG juge également « troublant que Gécamines ait refusé de publier des contrats pour plusieurs transactions minières qui pourraient avoir généré plus d’un demi milliard de dollars en 2016-2017 », ajoute le rapport. « Ces revenus ne sont pas destinés au Trésor public et sont largement hors du contrôle public », dénonce l’ONG américaine. Selon le Centre Carter – fondation créée par l’ancien président américain Jimmy Carter pour promouvoir la démocratie et les droits de Homme dans le monde -, cet argent « semble avoir été utilisé à d’autres fins ». Le rapport se base sur 200 entretiens, un examen de plus de 100 contrats miniers, au moins 1.000 documents d’entreprise, ainsi que sur les rapports de l’Initiative pour la Transparence dans les Industries Extractives couvrant la période 2007-2014.AFP