Partager

Sûrement, le Parti africain pour la solidarité et la justice n’est pas prêt de rééditer le scénario de 2002 avec les candidatures de Soumaïla Cissé, Mandé Sidibé, El Madani Diallo à l’élection présidentielle. La déchirure fut profonde et les Abeilles étaient parties en rangs dispersés, occasionnant l’arrivée au pouvoir du général à la retraite, Amadou Toumani Touré.

C’est pourquoi, Dioncounda Traoré a rappelé ce triste épisode de l’Adéma-Pasj. Le parti de l’Abeille, a-t-il dit, n’a pas de candidat naturel. Cela renvoie effectivement au scénario de la veille du congrès extraordinaire du parti, en 2000. Ibrahim Boubacar Kéita, que ses amis présentaient comme le candidat naturel du parti a essuyé la fronde des ‘’ Rénovateurs ‘’ dont faisaient partie Soumeylou Boubeye Maïga et soumaïla Cissé, qui n’étaient pas membres du Comité exécutif. A l’époque, on se rappelle que Mme Sy kadiatou Sow s’était ouvertement prononcée contre un ‘’ candidat naturel ‘’ de l’Adéma-Pasj.

La bataille des Rénovateurs et la décision d’aller à un congrès extraordinaire ont poussé Ibrahim Boubacar Kéita à démissionner de toutes ses responsabilités au sein du Parti africain pour la solidarité et la justice. IBK, avec ses partisans ont alors créé le RPM. Ensuite, la Ruche a organisé des Primaires qui ont consacré la victoire de Soumaïla Cissé, désigné candidat du parti à l’élection présidentielle de 2002 contre Soumeylou Boubeye Maïga, qui l’avait félicité de sa victoire. Le candidat du parti allait très vite déchanter à cause de la fronde menée par les militants qui voulaient instaurer le consensus pour la désignation de leur candidat à l’élection 2002.

Au gré de ces dissensions, trois cadres du parti –Mandé Sidibé, El Madani Diallo, Iba N’diaye qui s’est ensuite désisté au profit de Mandé- présentèrent leurs candidatures contre les dispositions des textes et la volonté de la majorité des militants qui avaient voté pour Soumaïla Cissé. Le parti a dispersé ses forces et perdu, pourtant au second tour, l’élection présidentielle 2002. Ce qui a provoqué une autre fracture du parti avec la création de l’URD, par les partisans de SoumaÏla Cissé. Si Dioncounda rappelle cette sombre période du parti, c’est sûrement pour exorciser le mal, car, il n’a pas définitivement disparu.

C’est certain que le 4ème congrès ordinaire a réveillé les vieux démons de la division, quoique, dans l’ensemble, les assises se soient tenues sans grand dommage. Il était donc important d’expliquer au public que Mandé Sidibé a démissionné du C.E.- ce que personne n’a contredit – mais surtout, de le faire avant que l’échéance des futures candidatures à l’élection présidentielle. A l’Adéma, a dit Dioncounda, c’est la conférence nationale qui est souveraine pour en décider. Pourtant, les textes, en 2002, avaient maintenu les Primaires comme mode de désignation des candidats. Ce qui ne fut pas unanimement accepté.

Les textes de l’Adéma-Pasj ont toujours fait l’objet de controverses. La dernière contrariété soulevée par les textes fut l’occasion d’exclure Soumeylou Boubeye Maïga, qui de manière tout à fait justifiée, avait refusé de considérer ATT comme le candidat de la Ruche. Les textes le lui permettaient, puisque le candidat de l’Adéma devait être militant du parti et être à jour de ses cotisations.

Ce qui n’était pas le cas d’ATT qui martelait partout qu’il ne voulait pas créer de parti politique. Pourtant, c’est sa candidature qui fut retenue contre vents et marées, notamment pour permettre à l’Adéma de rebondir sur la scène politique. Il fallait éviter de se faire des ennemis, dans la justice, l’administration, la sécurité d’Etat…

Dioncounda Traoré a donc toutes les raisons d’essayer de briser le spectre du candidat naturel, car, il ne lui sied guère. Le parti passera, dit-on, encore une fois, par ses statuts et règlement intérieur pour désigner son candidat à l’élection présidentielle. Ce qui n’a pourtant pas été respecté depuis 2002. L’absence de charisme des probables candidats de l’Adéma-Pasj fera – t – elle ressurgir le spectre du candidat consensuel ?

Baba Dembélé

11 Novembre 2008