Partager


Le match Togo-Mali de ce vendredi 12 octobre est considéré comme une rencontre décisive entre les deux équipes dans la mesure où le vainqueur sera qualifié à la phase finale de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Ghana 2008. La question qu’on se pose, c’est de savoir si les Aigles vont-ils sauver ou gâcher la fête des Maliens, la fête de Ramadan qui pourrait être très vraisemblablement célébrée le jour du match. En tout cas, Mahamadou Diarra dit Djilla et ses coéquipiers se disent très conscients de l’enjeu du match. Le capitaine des Aigles est même allé jusqu’à dire que c’est le match de sa vie dans l’équipe nationale.

Reporté le 8 septembre, le match Togo-Mali, comptant pour la dernière journée des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) Ghana 2008, se jouera finalement ce vendredi 12 octobre au stade Kégué, situé dans la banlieue de Lomé. Tous les regards sont désormais braqués sur la capitale togolaise.

Très vraisemblablement, ce match se jouera le jour même de la fête de Ramadan. « Je ne pense pas à la fête de Ramadan. Tout ce qui m’intéresse aujourd’hui, c’est le match Togo-Mali, même si j’ai peur de cette rencontre. Nous sommes toujours avec les Aigles jusqu’au bout. Ils ont besoin de notre aide » nous a confié Boubacar Touré, un des nombreux supporters des Aigles.

Le capitaine de l’équipe, Mahamadou Diarra dit Djilla et ses coéquipiers considèrent ce match comme le match de leur vie. « Il est imaginable que le Mali ne soit pas deux fois de façon consécutive présent à la Coupe d’Afrique des Nations. Nous avons échoué lors de l’édition 2006 en Egypte. Il n’est pas normal que nous ne soyons pas au rendez-vous de 2008 au Ghana. C’est vous dire que nous allons tout faire pour battre le Togo pour nous qualifier. En tout cas, ce sera le match de ma vie » a confié Djilla dans un entretien exclusif qu’il nous a bien voulu nous accorder, il y a peu. C’est dire que les enjeux de ce match sont énormes.

Tous les joueurs convoqués par l’entraineur national, Jean-François Jodar ont répondu à l’appel. Ils étaient tous présents, le mardi 9 octobre, au Centre sportif de Kabala. Ils vont prendre l’avion ce matin pour Lomé où ils seront accueillis par le tout nouveau ministre de la Jeunesse et des Sports, Hamane Niang, le président de la Fédération Malienne de Football, Salif Kéïta et d’autres responsables sportifs, à l’aéroport international de Lomé.

Ce qu’il faut surtout savoir, c’est que la pression de ce match sera très grande pour les Aigles puisque les Eperviers vont jouer devant leur public qui ne manquera pas de jouer à fonds le rôle du 12e homme. Sans compter que les élections législatives togolaises prévues pour le dimanche 14 octobre constitueront une mot

ivation supplémentaire de mobilisation pour les Togolais. Pour que ce match se joue dans les meilleures conditions, plusieurs responsables de la Confédération Africaine de Football (CAF) seront présents à Lomé. Cela pour éviter toutes tricheries puisque les Togolais sont très forts dans ce domaine. La preuve a été la récente sanction par la CAF du président de la Fédération Togolaise de Football, pour corruption.

Si les Aigles sont prêts à mouiller leur maillot, les Eperviers du Togo eux-aussi ne baissent pas les bras. Les coéquipiers de l’attaquant d’Arsenal, Emmanuel Shéyi Adébayor veulent, coûte que coûte, gagner ce match. L’espoir des Togolais réside dans le virevoltant avant-centre qui vient de signer son retour dans l’équipe.

Selon l’agence de presse APA, « Adébayor est rentré lundi 8 octobre à Lomé. Il s’est entrainé à huis clos avec le reste des joueurs de l’équipe le mardi 9 octobre et l’ambiance est très bonne au sein du groupe« .

Toujours selon la même source, « les responsables du comité provisoire de gestion de la Fédération togolaise de football ont décidé que les Eperviers s’entrainent à huis clos loin des regards du public et de la presse. L’accès au Stade de Kégué est depuis plus d’un mois interdit au public« .

De leur côté, les Aigles ne manquent pas d’atouts. L’équipe est une constellation de vedettes professionnelles dont nombre évoluent dans les grands clubs européens à l’image du Capitaine de l’équipe Mahamadou Diarra dit Djilla (Réal-Madrid) et de Frédéric Oumar Kanouté et de Seydou Kéïta dit Seydoublen (FC Séville).

Mais les poulains de Jean-François Jodar nous ont si souvent habitués à la douche écossaise que c’est avec appréhension que leurs supporters envisagent ce match si capital.

Auront-ils cette fois-ci le sursaut d’orgueil, après le sacre de leurs homologues dames à l’issue du 20e championnat africain de basket féminin qui vient de se dérouler à Dakar ?

Il faut vivement le souhaiter pour que les Maliens au lieu d’aller au Paradis ne se retrouvent propulsés au soir de ce vendredi 12 octobre dans l’enfer.

Tout compte fait, le Mali et le Togo sont en tête du groupe, avec chacun 9 points, talonnés par le Bénin, qui compte 8 points, la Sierra Léone fermant la marche avec seulement 1 point.

C’est dire que le Mali et le Togo sont toutefois sous la menace du Bénin qui se rendra le même jour en Sierra Léone et qui peut jouer le rôle de troisième larron.


Alou B HAIDARA

11 octobre 2007.