Partager

C’est très ému que le président Gbagbo a déposé une gerbe de fleurs ce mercredi, lors de la cérémonie d’hommage aux 19 personnes mortes dimanche dans une bousculade au stade d’Abidjan. Un deuil national de 3 jours a commencé. C’est l’allocution la plus courte de sa carrière que Gbagbo a prononcée ce mercredi, à la cérémonie d’hommage aux victimes du stade. Étreint par l’émotion, le Président ivoirien s’est d’abord interrompu pour tenter de recouvrer la maîtrise de son discours, puis il a repris la parole et, moins de 3 minutes après avoir débuté, il a éclaté en sanglots avant de s’écrier « Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire » et de regagner sa place. Auparavant, le ministre des Sports et des Loisirs avait retracé les circonstances des bousculades. « Qui devait faire quoi, comment et où ? Qui a fait quoi, comment et où », s’est écrié M. Banzio avant d’évoquer des « sanctions méritées » pour les responsables de ce drame. Un représentant de ces familles avait pris la parole devant le président. « Nous nous sentons véritablement soutenus. Notre douleur est grande, mais nous restons dignes, car la République est derrière nous ». (Rfi)