Partager

Ce dimanche 26 Avril 009, les citoyens étaient appelés partout, sur le territoire national, à choisir, par la voie des urnes, ceux et celles qui auront la charge de gérer leurs Communes.

Les enjeux de ces élections sont si importants que les électeurs ont compris qu’ils ne doivent pas se déplacer inutilement. Pourtant, partout, dau niveau des centres de vote du District, il y a eu des scènes de manchandage autour de cartes d’électeurs par des candidats ou leurs proches.

En Commune V du District par exemple, ceux qui se livrent à de telles pratiques ne s’en cachent d’ailleurs pas, car disent-ils, “tout le monde fait ça” pour s’en tirer avec le maximum de voix du scrutin. Tout compte fait, c’est l’électeur qui gagne, en tout cas, si l’on tient compte des propositions qui lui sont faites au cours des élections. Et dans ce marchandage, il n’hésite pas à placer très haut la barre pour donner sa voix.


Le marché aux voix

“Quatre mille francs CFA” ! Cest à prendre où à laisser. Dans tous les cas ,je ne voterai pas avant 17 heures“. Ce sont les propos qu’un citoyen de la Commune V tenait face aux pressions d’un groupe de supporters d’un candidat à la compétition.

Par cette déclaration, on comprend aisément que cet électeur voulait obliger ses interlocuteurs à mettre immédiatement la main à la poche. Une stratégie qui a tout de suite payé, car à la place des 4000 Francs CFAF qu’il exigeait, les supporters du candidat lui ont proposé 2500 FCFA. Ce qu’il accepta sans murmure.

Quelques minutes plus tard, un autre groupe pointe le nez et demanda s’il y a un électeur prêt à donner sa voix moyennant de l’argent. Toute de suite, une “marée humaine” se rua vers ce groupe en déclarant à hue et à dia : “Nous sommes là ! Mais c’est contre de l’argent en espèces sonnantes et trébuchantes !“.

Dans ce petit groupe qui propose de donner des voix, on prétend avoir plus de 10 cartes d’électeurs. Le prix est fixé à 2 500 FCFA l’unité. Mais chaque électeur réclame “le prix de sa voix”, avant de franchir la porte du centre de vote.


Des fuites d’électeurs

Le marché était si juteux que des individus désœuvrés se sont immiscés dans le jeu afin d’en profiter. Leur “travail” consiste à aborder les personnes pour leur faire des propositions. Si bien qu’ayant appris la “bonne nouvelle“, des électeurs d’autres quartiers ont tenté de quitter des bureaux où ils devaient voter pour aller proposer… leurs cartes d’électeur à d’éventuels acheteurs.

Selon un responsable politique rencontré dans un centre de vote, cette “fuite d’électeurs” explique beaucoup le manque d’affluence qui a prévalu presque toute la matinée. “Cela, parce que tout le monde semble comprendre maintenant qu’à partir du soir c’est la panique chez les partis et les Indépendants qui veulent gagner cette bataille. De ce fait, ils n’hésiteront pas à mettre le prix qu’il faut”, dit-il.

Avec de telles pratiques, quand est-ce que les Maliens comprendront que le élections contituent un enjeu capital, et qu’en ne votant pas, on ne fait que faillir à son devoir civique ?

Laya DIARRA

29 Avril 2009