Partager

Jadis, il y avait au Mali des femmes de teint noir. Mais au jour d’aujourd’hui, on compte quelques unes de teint noir, car la majeure partie de nos soeurs pratique la dépigmentation de la peau. Ce qui est une surprise aussi, c’est le fait que certains hommes se livrent à cette pratique supposée.

Ce faisant, on rencontre, dans la rue, des femmes et hommes pratiquant la dépigmentation. Des fois, certains “tchatchos” ont deux ou trois couleurs de peau et souvent les plus malchanceuses se retrouvent avec des brûlures au visage, des taches noires sur le corps, des vergetures de gros formants sur les bras, les seins, la poitrine et les cuisses.

C’est pourquoi, ils ne supportent pas la chaleur, qui, non seulement les pique, mais aussi les fait dégagé une mauvaise odeur durant toute la période. Pire, l’utilisation régulière des produits éclaircissants favorise les maladies de la peau à la longue, la peau devient hypersensible et dégage une odeur de poisson frais.

Ainsi à force de se dépigmenter, cela peut contribuer à la destruction de la mélanine, cette protection naturelle contre les rayons du soleil. Or ce peut être fatale, privant ainsi la peau de la vitamine. Du coup, la peau sera vulnérable à toutes les agressions solaires, ouvrant la voie au cancer de la peau, voire aux leucémies : cancer de sang.

Rien ne vaut le teint naturel

Toute personne de teint noir qui se dépigmente est un grand complexé et qui a complètement honte d’être né noir. Il est temps que les pratiquants de la dépigmentation comprennent qu’il faut être fier de la couleur de sa peau quand on sait que personne au monde ne choisit son lieu de naissance, ses parents biologiques, sa couleur de peau et surtout son sexe.

Alors, il appartient aux parents de sensibiliser ces femmes et hommes, pratiquants de la dépigmentation, de ne pas se laisser influencer par un complexe d’infériorité qui n’a aucune raison d’être. Selon certaines de nos soeurs “éclaircir la peau, c’est l’unique raison pour les femmes de se persuader que les hommes les préfèrent aux femmes de teint noir”.

il faut que les femmes qui se dépigmentent sachent que rien ne vaut la peau noire et que tôt ou tard, qu’elles soient noires ou blanches, elles retrouveront un jour l’homme qui leur faut.

Ce qui est sûr, c’est qu’avec la cherté de la vie, les “tchatchos” auront du mal à faire de l’économie et penser à l’achat de ces produits éclaircissants.

Mariétou KONATE

03 Avril 2008.