Partager


La dépigmentation de la peau reste une réalité dans notre société. La femme a été et continue d’être la créature qui incarne la beauté. Pour avoir une peau plus claire ou bronzée, des femmes ont recours à des produits qui, au lieu d’entretenir leur peau, la dégrade et par la suite provoquent des maladies.

Toute blanche, blanche par endroits, peau tigrée, peau à deux tons, c’est à se demander si les femmes se sentent bien dans leur peau. Au rythme où vont les choses, la femme noire risque d’être une denrée rare. Analphabètes ou lettrées, la plupart des femmes noires ne peuvent plus résister au désir de changer de couleur de peau.

On assiste à une sorte de « démocratisation du phénomène complexe d’infériorité », effet de mode, de choix esthétique. Quelle que soit la justification, la dépigmentation reste un phénomène de société difficile à extirper du subconscient des femmes et jeunes filles malgré le coût énorme des produits et des conséquences dramatiques qu’ils engendrent. Quel que soit l’éloge fait sur leur supposée vertu, ces mélanges chimiques sont spécialement conçus pour agresser la cuirasse qui protége la peau.

Skin-light, Top-gel, Silvoclair… Cette palette de produits cosmétiques éclaircissant tant prisée par les femmes, entre dans le registre des produits dangereux. Ils sont, avertissent des médecins, la cause de plusieurs maladies dermatologiques qui sont fréquentes chez les femmes de 15 à 70 ans.

Hypertension, diabète, cancers de la peau, insuffisance rénale, perturbation du cycle menstruel, mauvaise croissance du nouveau-né, odeur nauséabonde, vergeture de grande tailles sur la peau… sont d’autres conséquences qui ne se voient pas dès le premier usage.

Hélas ! La dépigmentation est encouragée par les hommes qui peuvent pourtant être des clés de la solution pour dire stop à ce fléau. Par ailleurs, les autorités sanitaires ont aussi un grand rôle à jouer, à travers une éducation de la population sur les dangers de la dépigmentation et sensibiliser les femmes sur ses inconvénients.

Face à l’ampleur du fléau, des dispositions juridiques seraient même nécessaires pour l’endiguer.



Produits éclaircissant: Un terreau de maladies dermatologiques

Le commerce des crèmes éclaircissant connaît un essor inquiétant au Mali. On sait que la dépigmentation provoque plusieurs problèmes dermatologiques comme les boutons, les achromies et des démangeaisons.

Certains dermatologues évoquent un mélange de produits chimiques comme la corticoïde, l’hydroquinone, cortisone, quinocore… qui sont des produits anti-inflammatoires ou anti-allergiques.


Pour le Dr. Dembélé,
« ces produits destinés à soigner des maladies comme le rhumatisme, des cas graves d’allergie, des chocs hémorragiques sont aussi utilisés par les femmes pour obtenir une peau claire harmonieuse, mais provoquent des maladies dangereuses et favorisent les mycoses (maladies dues aux champignons) ».

Au fil du temps, la peau devient hypersensible et dégage une odeur de poisson frais. Ces mêmes produits sont responsables de complications gynécologiques, voire d’irrégularités du cycle menstruel, de naissance prématurée sinon occasionnent des risques de stérilité, de vieillesse prématurée de la peau.

L’usage abusif de ces produits peut provoquer d’autres maladies aussi graves comme des maladies ophtalmologiques. La moindre agression cutanée est susceptible d’entraîner des taches verdâtres sur la peau qui donnent l’impression d’une moisissure, des vergetures sur le visage ou des dermatoses dues aux rayons solaires qui ont un impact sur la peau dépourvue de ses défenses naturelles.

Le traitement de ces maladies pose un problème délicat dans notre pays. Il faut la réalisation d’autres études dans le domaine, estime M. Dembélé.

Privée ainsi de vitamine D, la peau est vulnérable à toutes les offensives solaires, ce qui ouvre la voie au cancer de la peau, voire les leucémies (cancers de sang). La cicatrisation des blessures devient compliquée, ce qui peut être fatal après une opération chirurgicale.

Selon Mme Boré Fatoumata, esthéticienne, plusieurs produits sont utilisés pour s’éclaircir la peau. En réalité, dit-elle, ce sont des produits de qualité douteuse qui proviennent généralement de l’Asie du Sud-Est, du Nigeria, de l’Afrique du Sud et d’Europe. Leurs compositions chimiques ne respectent pas les normes requises, ajoute-t-elle.


Anne-Marie Keita

11 Février 2009