Partager


Pour la cinquième année consécutive, des salles de spectacles de Bamako, des rues, espaces, le village SOS Enfants de Sanankoroba seront le théâtre du festival « Dense Bamako Danse » prévu du 16 au 24 novembre prochain. L’objectif majeur du festival « Dense Bamako Danse » est de favoriser le développement d’un pôle d’activité économique et culturelle autour de la danse contemporaine en Afrique.

« Dense Bamako Danse » est aussi un lieu de visibilité pour la formation en danses contemporaines. Durant des séances de formations, les festivaliers pourront apprécier les travaux des artistes qui ont écrit l’histoire de la danse sur le continent africain.

Si celle-ci existe depuis plus de 5 ans au Mali, c’est grâce au travail mené par le Conservatoire national Balla Fasséké Kouyaté et l’association Donko Seko, organisatrice de la manifestation et gestionnaire d’un lieu dédié à la danse.

Le festival sera ainsi l’occasion, pour des stagiaires, de participer à des ateliers de régie technique, d’écriture journalistique ou encore à travers des ateliers de réflexion sur la place de l’Afrique dans la danse contemporaine.

Le festival « Dense Bamako Danse » présente quantité de compagnies de l’Afrique de l’Ouest, de l’Est et du Centre. Ce sont autant de savoirs d’artistes sur la manière d’utiliser leur corps et leur visage, avec des vocabulaires gestuels et stylistiques pour exprimer, lancer, dénoncer, décrire leurs sentiments profonds sur la vie, la mort, l’homme et son environnement dans ses rapports avec lui-même.

« Elles vont démontrer tous leurs savoirs faire à eux reconnu en matière de danse contemporaine » , ont dit les organisateurs. « Dense Bamako Danse » œuvre pour que le grand public s’approprie de cet art. « La danse contemporaine a besoin de s’enraciner dans les milieux populaires ». D’où des prestations en dehors des salles, dans les places publiques, espaces et dans les rues.


Amadou Sidibé

13 novembre 2007.