Partager

Suite à la démolition d’un Bâtiment à Djicoroni-para, les professionnelles du Bâtiment et Travaux Public (BTP) étaient face à la presse aujourd’hui aux environs de 12h30. L’objectif de cette conférence de presse était de dégager leur responsabilité vis-à-vis de cette mauvaise construction, mais aussi et surtout d’évoquer les mesures à prendre pour que ce genre de sinistre n’arrive plus. La conférence était animée par Cheick Sadibou Moussa Kanté, président de l’ordre des architectes, porte-parole des professionnelles du BTP.

Pour rappel, le ministre de l’habitat et de l’urbanisme, Mohamed Moustapha Sidibé, avait ordonné la démolition d’un immeuble qui était en phase d’effondrement à Djicoroni-para, le 4 janvier dernier. L’immeuble en question, n’avait pas de plan de construction, ce qui démontre que les professionnels du Bâtiment ne sont pas intervenus dans la chaîne de construction de cet immeuble.

“Au Mali, n’importe qui joue le rôle de géomètre, d’architecte, entrepreneur géotechnicien etc …” décrié par Cheick Sadibou Moussa Kanté président de l’ordre des architectes porte-parole des professionnelles du BTP.

Indignation

Face à cette situation, les professionnels du BTP n’ont pas caché leur mécontentement. Cheick Sadibou Moussa Kanté, porte-parole des professionnels du BTP, affirme que cet effondrement interpelle les professionnels du Bâtiment et Travaux Public (BTP), car le pays regorge des compétences requises pour éviter ce genre de sinistre. « Ce n’est pas en contournant les professionnels du BTP qu’on peut faire de l’économie. L’intervention des professionnels est faite pour sécuriser les investissements de ce qui souhaite faire des constructions, mais aussi pour les rentabiliser. Les ordres professionnels ne sont pas des commerciaux, mais au service de la communauté ».

Les gens construisent de façon « empirique », ils pensent que les interventions des professionnelles sont des surcharges par rapport à l’investissement alors que c’est le contraire. Le coût du bâtiment qui vient d’être démoli avoisine les 100 millions de FCFA, alors que le coût d’expertise des professionnels ne dépasse pas les 3 millions.

Le cheval de bataille

Selon Cheick Sadibou Moussa Kanté, les professionnels attendent faire des recommandations à l’endroit des autorités. « Notre rôle est d’éviter ce genre de situation », la sensibilisation sera au cœur des actions futures des professionnels du BTP. Mais aussi de sanctionner les professionnels indisciplinés.

Ce genre de démolition doit permettre à tous les acteurs qui interviennent dans le BTP, les autorités ainsi que la population, de mieux réfléchir afin de dégager des pistes de solution pour que ce genre de sinistre et de pertes matérielles n’arrivent plus. La vie du propriétaire et sa famille ainsi que les voisins seront en danger en cas d’effondrement.

Bissidi Simpara

Bamako, le 16 Janvier 2019

©AFRIBONE