Partager

L’opération de démolition des kiosques a provoqué des fortunes diverses, suscitant d’énormes réactions, les plus audibles étant celles des partis politiques de l’opposition : l’Urd, le Parena et Sadi, qui se sont clairement prononcés pour dénoncer et se démarquer de la manière forte utilisée, sans une concertation assortie d’une entente sur les lieux de recasement. Pendant ce temps, les partis de la majorité sont restés muets comme une carpe, fuyant même la question. Un seul parti de la majorité se serait prononcé contre l’opération bulldozer à Bamako. Est-ce à dire que la majorité dans son ensemble est contre l’opération, raison pour laquelle aucun communiqué n’a été pondu pour soutenir la démolition ? Les principaux partis politiques de la majorité, contactés par Le Républicain pour savoir s’ils approuvent ou désapprouvent l’opération, n’ont pas daigné décrocher le téléphone ou au moins répondre à nos messages SMS. Ils ont tout simplement abdiqué face à cette question environnementale, économique et vitale.

Les opérations de libération des voies publiques suivant la méthode forte utilisée par Mme Aminata Kane, a bouclé sa troisième semaine d’affilée. Les moyens utilisés pour déguerpir les occupants des voies publiques en font la particularité, les opérations antérieures ayant été compromises par la corruption des agents qui devaient veiller sur leur réussite. Mais à la différence des précédentes qui ont été précédées de larges concertations et de l’adhésion de tous, les opérations en cours font l’objet de contestations. Les contestateurs sont d’abord les populations du marché, qui occupent ces espaces publics et qui reprochent individuellement et à travers leurs associations, la méthode au bulldozer utilisée, et l’absence de suffisamment de concertation, et surtout le déguerpissement avant d’avoir résolu la question de recasement dans un marché commode. Ce qui fait la particularité de l’opération Ami Kane, c’est la mobilisation des forces de sécurité, la démolition des kiosques au bulldozer, l’usage du gaz lacrymogène pour éloigner d’éventuels opposants à ce projet dont « l’arrêt n’est pas négociable », selon le gouverneur Ami Kane.

De façon générale, tout le monde souhaite un nouveau visage pour la capitale, un cadre assaini et aéré, loin de la pollution, des moustiques, des rats et des bandits qui choisissent toujours des endroits désordonnés, mal balayés, mal lotis avec des branchements illégaux. Ces endroits en proie aux incendies doivent appartenir au passé, mais sommes-nous dans la jungle pour que populations et autorités ne puissent pas se comprendre à travers un dialogue interactif, dégager de façon concertée la solution et la mettre en œuvre? Cela a l’avantage de mettre tout le monde d’accord, afin que tout le monde accompagne l’opération dans un mouvement commun. Mais est-on en présence d’un tel processus qui se passe dans la paix ? Ce qu’on a vu à Bamako ressemble plutôt à l’ordre du Léviathan qui est le plus fort et qui règne par la force, qui utilise la force pour obtenir ce qu’il veut.

Est-ce cela qu’on souhaiterait voir ?

Madame le gouverneur en s’exprimant sur le sujet, à juste titre, a commencé par demander pardon à la population pour les désagréments causés, puisqu’elle sait bien qu’il y en a eu. C’est le plus fort contre les plus petits, les hautes autorités contre les citoyens qui paient leurs impôts en taxes et patentes, l’éléphant contre les menus fretins, des dirigeants logés, nourris et blanchis aux frais de l’Etat contre des ‘’gagne-petit’’ , ou alors, « l’éléphant dans un magasin de porcelaines », comme l’a si bien imagé un reporter de la presse internationale. Les victimes de cette démolition ne sont autres que des étalagistes, les commerçants détaillants dits revendeurs, les mécaniciens, les artisans, les lavages de véhicules, et autres travailleurs de l’informel, qui paient régulièrement à la mairie pour les espaces qu’ils occupent. Ils ont la caution des maires qui sont aussi des agents de l’Etat, ils ont une légitimité pour occuper ces places d’où ils ont été déguerpis sans ménagement, comme des malpropres.

L’opération de démolition des kiosques a provoqué des fortunes diverses, suscitant d’énormes réactions, les plus audibles étant celles des partis politiques de l’opposition : l’Urd, le Parena et Sadi, qui se sont clairement prononcés pour dénoncer et se démarquer de la manière forte utilisée, sans une concertation assortie d’une entente sur les lieux de recasement. Pendant ce temps, les partis de la majorité sont restés muets comme une carpe, fuyant même la question. Un seul parti de la majorité se serait prononcé contre l’opération bulldozer à Bamako. Est-ce à dire que la majorité dans son ensemble est contre l’opération, raison pour laquelle aucun communiqué n’a été pondu pour soutenir la démolition ? Les principaux partis politiques de la majorité, contactés par Le Républicain pour savoir s’ils approuvent ou désapprouvent l’opération, n’ont pas daigné décrocher le téléphone ou au moins répondre à nos messages SMS.
La semaine dernière, l’URD et le Parena ont demandé au gouvernement l’arrêt immédiat des opérations et un dialogue franc et sincère avec les vrais acteurs des marchés du district ! Dans leurs communiqués respectifs rendus publics, le 1er et le 2 aout, l’URD et le Parena ont dénoncé l’opération de déguerpissement entamée par le gouverneur du district Aminata Kane. Les deux partis convergent à demander au gouvernement d’ordonner « l’arrêt immédiat  de l’opération de démolition des kiosques et étals des marchés de Bamako en attendant l’issue du dialogue avec les associations de commerçants détaillants »

L’URD a demandé au Gouvernement : « d’instruire immédiatement au Gouverneur de Bamako d’arrêter lesdites opérations; d’engager un dialogue franc et sincère avec tous les acteurs concernés ; de mettre préalablement à disposition des déguerpis des sites de recasement aménagés ; d’éviter d’initier des opérations du genre pendant la période hivernale ».
De son côté le Parena, à travers son Comité Directeur s’est dit préoccupé par la tournure prise par l’opération d’assainissement en cours, de la capitale. « Effectuée à coup de bulldozers, cette opération a entraîné la démolition des kiosques et étals des commerçants détaillants et de petits vendeurs à la recherche de leur pitance quotidienne pour nourrir leurs familles », indique le communiqué du Parena. Si l’assainissement de la capitale est nécessaire, force est de reconnaître que l’opération a souffert d’un déficit de concertation qui a conduit aux violences des 30 juillet et 1er août. En outre, la période choisie (la saison des pluies) n’est guère indiquée pour des démolitions-déguerpissements. « Le PARENA invite les autorités du District de Bamako (Gouverneur et maires) à instaurer un dialogue franc avec les vrais acteurs des marchés. Outre la Chambre de commerce et d’Industrie et le Conseil National du Patronat, le PARENA souligne l’importance d’associer le SYNACODEM, la Coordination des commerçants détaillants et les associations et collectifs des marchés de Bamako aux concertations en vue de trouver une issue heureuse à cette crise », a indiqué le communiqué. Le PARENA a invité le Gouvernement à ordonner l’arrêt immédiat de l’opération de démolition des kiosques et étals des marchés de Bamako en attendant l’issue du dialogue avec les associations de commerçants détaillants. Pour calmer les esprits, le Gouvernement doit s’engager, sans délai, à indemniser les victimes des démolitions du 30 juillet, a recommandé me parti du bélier blanc. Le parti Sadi a également abondé dans le même sens. La majorité présidentielle fera certainement connaître le sens de sa girouette dans les heures qui suivent.

B. Daou

Du 5 Août 2016