Partager

C’était au cours d’une conférence de presse, tenue dans la Venise malienne (Mopti), que le président Moussa MARA avait dévoilé le quatrième thème de son projet de société.Axé autour de 3 grandes thématiques dont la Démocratie, la Citoyenneté et la bonne Gouvernance, qui représentent selon le candidat MARA le trio magique du changement vers l’édification d’une collectivité prospère et harmonieuse, ce programme a le mérite de toucher en profondeur des points fondamentaux de l’existence de notre pays.

Pour le renforcement de notre démocratie…

Le parti YELEMA propose des mesures permettant de faciliter les rapports entre les gouvernants et le peuple dans le but d’instaurer un rapport de collaboration et de confiance entre ces deux composantes de la vie publique qui est indispensable à l’approfondissement démocratique du pays.

Pour une meilleure efficacité de nos institutions :

Le Candidat MARA propose d’engager, s’il est élu, les discussions susceptibles de conduire le Mali vers un vrai régime présidentiel sans premier ministre et sans sénat avec une Assemblée Nationale renforcée, en réduisant le champ législatif (soustraire la création de services, la gestion du patrimoine public, les privatisations ou les nationalisations, le régime de l’enseignement ou de la recherche sous certains aspects comme la création de service ou l’occupation de l’espace…), le dispositif de décentralisation ou l’aménagement du territoire, l’organisation de la production et en donnant à l’Assemblée un rôle de validation des nominations importantes du président, de contrôle plus approfondi de l’action de l’exécutif et de vérifications de performances des services publics.

Aussi, le candidat MARA envisage d’instituer le nombre et les attributions des ministères dans la constitution, quitte à prévoir leur révision tous les cinq ans, la mise en place d’un gouvernement de maximum 16 ministères et de quelques ministères délégués (25 membres du gouvernement à peu près) pour assurer une meilleure cohérence des actions. Des mesures seront prises pour éviter des télescopages et des conflits de compétences.

A cet effet, il est prévu la création d’un grand Ministère de la planification, de l’aménagement du territoire en charge de l’urbanisme, un grand ministère du développement rural en charge des questions de ruralité, un grand ministère en charge de la solidarité envers le genre, entre les générations, envers les handicapés et les personnes démunies, un grand ministère en charge de la défense et de la sécurité…Le candidat du parti YELEMA, envisage de supprimer le haut conseil des collectivités, le renforcement du conseil économique, social et culturel et la mise en place d’une organisation indépendante de gestion des acteurs politiques et du processus électoral s’il est élu.

Pour l’émergence de nouveaux acteurs politiques…

Moussa MARA propose d’améliorer le dispositif d’agrément et de supervision des acteurs politiques, la révision du dispositif de financement public des partis politiques, l’instauration d’un niveau minimum pour occuper des fonctions électives après des discutions avec les acteurs politiques et la société civile, l’encouragement des partis politiques dans le cadre du renforcement des capacités de leurs leaders… Moussa MARA promet également de soutenir la bonne gouvernance, la transparence, l’alternance, l’organisation et le fonctionnement des acteurs politiques et de bannir la transhumance politique.

Pour la promotion d’un nouveau type de Citoyen Malien…

Le candidat MARA propose d’accroitre l’enseignement et la promotion de la civilité et de la citoyenneté à l’école pour former des individus « égaux et différents » capables de vivre ensemble dans la société de manière harmonieuse. L’éducation à la démocratie, à la contradiction, au débat ainsi qu’aux principes et règles démocratiques (élections, leadership, mandat, alternance…) seront des principes à vulgariser dans les écoles mais aussi par les corps sociaux. L’école sera un espace de promotion des valeurs telles que la paix, la non-discrimination, l’égalité, la justice, la tolérance et le respect de la dignité humaine. Toujours dans le dessein de bâtir un nouveau type de citoyen Malien, le Candidat MARA promet de soutenir la presse et d’insister sur l’auto régulation ; tout en donnant plus de place à la société civile dans la presse, notamment la presse publique.

Pour un meilleur accès aux responsabilités…

Moussa MARA propose la mise en place d’un nouveau fichier électoral issu du RAVEC et son institutionnalisation avec des données biométriques infalsifiables. Il est également prévu la mise à jour périodique du RAVEC par la prise en compte des naissances et des décès en professionnalisant le dispositif d’Etat civil et en le sécurisant (bonne répartition des tâches entre les collectivités territoriales et les structures de l’Etat et fonctionnalisation du système des saisies automatiques et de l’alimentation de la base RAVEC).Ce dispositif bénéficiera d’une enveloppe de 1 milliard de FCFA par an et de la mise en œuvre d’un système de connexion entre la base RAVEC et le fichier électoral dont elle constituera la base et qu’elle mettra à jour de manière automatique. Le vote des handicapés sera facilité et la méthode de vote sera orientée vers l’utilisation des machines d’ici dix ans (avec une économie de plus de 6 milliard de FCFA en rapport avec les imprimés, les acteurs de l’organisation et certains matériels électoraux).

Dans le cadre de l’exercice du pouvoir…

Moussa MARA promet d’associer pleinement les citoyens à l’élaboration des politiques par l’institutionnalisation de la concertation, de l’écoute et des échanges préalables au dégagement des objectifs stratégiques de toute politique publique ; d’accroitre les relations avec les organisations socio professionnelles dans cette optique ; de systématiser les espaces d’interpellation démocratique aux niveaux local et régional en plus de l’étape nationale ; d’instaurer des forums civiques favorisant un dialogue démocratique entre citoyens ; de privilégier les méthodes interactives d’éducation et de sensibilisation des citoyens par rapport aux masses medias ; de soutenir les organisations de la société civile impliquées dans l’éducation civique…

La communication informelle sera promue par les décideurs qui doivent adopter une attitude de proximité, d’écoute des populations et usagers, et de traitement de leurs doléances. Le meilleur outil de communication reste toutefois l’action.

Pour la promotion du leadership…

Moussa MARA s’engage à faire enseigner le leadership à l’école et à promouvoir le leadership constructif qui se caractérisera par la promotion de responsables de valeurs agissant exclusivement dans la défense et la promotion de l’intérêt collectif. Moussa MARA entend promouvoir la morale et la conscience comme des valeurs intrinsèques du leadership, agir pour que les bonnes mœurs soient défendues par les leaders qui doivent les incarner : systématiser les enquêtes de moralité, les crédibiliser davantage, les étendre sur la plupart des leaders et les maintenir même après l’entrée en fonction des responsables.

KANTAO Drissa

Le Flambeau du 17 Juillet 2013.