Partager

Un haut responsable gouvernemental dans une province du nord du Soudan a démissionné jeudi sur fond de répression de manifestations et de heurts à travers le pays, où des groupes ont appelé à de nouvelles protestations contre la hausse du prix du pain. Depuis le 19 décembre, le Soudan est confronté à un mouvement de contestation sociale qui touche plusieurs villes dont la capitale, et porte notamment sur le triplement du prix du pain en plein marasme économique. Mais au-delà des revendications sociales, les manifestants réclament aussi « la chute du régime » du président Omar el-Béchir, au pouvoir depuis 1989. Les heurts avec les forces de l’ordre ont fait selon les autorités au moins huit morts parmi les manifestants, l’ONG Amnesty International faisant état de 37 manifestants tués. Un des partis de la coalition au pouvoir a évoqué le chiffre de 17 morts tandis qu’une formation d’opposition affirmait que 22 protestataires ont été tués. Les troubles ont entraîné jeudi la démission d’Abdarouf Grnas, à la tête du ministère de la Santé pour la province du Nord. Cette démission est la première d’un haut responsable, de surcroît membre d’un parti membre de la coalition au pouvoir, depuis le début des manifestations. Moubarak el-Fadiel, à la tête du parti Oumma pour la réforme et le renouveau, a affirmé à l’AFP qu’il s’agissait « d’une première étape, qui sera suivie d’autres mesures », sans donner plus de précisions. – Soutien du Caire -Mardi, le Royaume-Uni, les Etats-Unis, la Norvège et le Canada se sont dits « inquiets » de ces violences et « réaffirment le droit du peuple soudanais à manifester pacifiquement ». L’Egypte, pour sa part, a exprimé jeudi son soutien au voisin soudanais. Le ministre égyptien des Affaires étrangères Sameh Choukri et le chef du Renseignement égyptien Abbas Kamel, se sont ainsi rendus à Khartoum pour des discussions avec le président Béchir et plusieurs hauts responsables soudanais. « La stabilité du Soudan équivaut à la stabilité de l’Egypte », a déclaré jeudi M. Choukri à des journalistes à l’issue de sa rencontre avec Omar el-Béchir. « L’Egypte est prête à soutenir le Soudan », a-t-il ajouté. AFP