Partager

L’on rappelle qu’au moment où les alliances se nouaient autour des deux finalistes au second tour de la présidentielle, une grosse fissure est apparue dans la ruche entre une nomenclature de vieux politiciens et l’aile de la jeunesse Adema-Pasj acquise au changement : le candidat du parti en la personne de Dramane Dembélé a appelé les militants à voter IBK et cela sans l’aval des dinosaures du parti de l’abeille solitaire. Ceux- ci ont tout simplement répondu par un son de cloche inverse lors d’une rencontre extraordinaire du comité exécutif du parti.

A l’issue de cette rencontre, le président par intérim du parti en la personne d’Iba N’Diaye, a ordonné aux militants de voter Soumaïla Cissé au second tour de la présidentielle, arguant que c’est l’instance suprême qui doit donner la consigne de vote et aussi parce que l’Adema fait partie du Front uni pour la sauvegarde de la Démocratie et la République (FDR) en même temps que le candidat Cissé.

La suite n’a échappé à personne : après les coups de point entre Me Kassoum Tapo (un baron du parti) et Mme Diabaté Fatoumata Diombana (soutenant la consigne de vote de Dramane Dembélé), la ruche désobéit et éclate. Les consignes d’Iba N’Diaye n’ont pas été largement suivies par les militants. Cela peut- il s’appeler désaveu des vieux politiciens qui ont montré toute leurs limites objectives par la jeunesse ADEMA qui exige le changement ?
Tout compte fait, pour non respect de sa consigne de vote, le premier responsable du parti a jugé bon de prendre le devant en annonçant sa démission de toutes les instances dirigeantes du CE ADEMA.
S’est- il senti trahi par son entourage immédiat ou renvoyé de la tête du parti par les jeunes qui veulent mettre ses vieux politiciens à la retraite «anticipée» ?

En tout cas, Iba entend désormais revenir à la base du parti à Kayes pour y militer.
On peut tout simplement se demander aujourd’hui si ce n’est pas le compte à rebours qui a commencé contre les dinosaures de l’ADEMA.

Fodé KEITA

L’Inter de Bamako du 19 Août 2013

– ———————————- —————————

Iba N’Diaye si amnésique ?

Je ne puis personnellement croire qu’un homme tel Iba, que je connais comme très pétri dans la rancune, soit un tant soi peu amnésique. Au point d’oublier toutes les actions qu’il eut à mener en 2002 en tête de ce qu’ils avaient nommé le Groupe des 10 pour saborder –oh ironie de l’histoire – la candidature de Soumaïla Cissé qui avait été choisi lors de la Convention de janvier 2002.

Je me souviens du dynamisme avec lequel Iba et ses camarades avaient abandonné ce pauvre candidat pour aller battre campagne pour un certain ATT. En ces temps là, je n’ai pas entendu Iba crier que la parole donnée est sacrée. Et d’ailleurs depuis quand lui était vertueux de la parole donnée ?
Oui, sous nos cieux tout est permis, y compris, sans aucune pudeur nier l’évidence. Toutefois je voudrai demander à Iba s’il se rappelle de sa tournée dans les zones de Banamba où il fit l’apologie de son médiocre mentor ATT ?
Iba se souvient-il de ses neuf autres camarades avec lesquels il avait constitué le Groupe des 10 ? C’est bien eux qui ont rédigé ce “Livret Pratique du responsable de l’Adema à la veille des élections présidentielles‟. Le seul tort du jeune Dramane Dembélé est à mes yeux d’avoir bien appris la leçon et surtout de l’appliquer à sa Majesté Iba 1èr !

Et d’ailleurs, comment se fait-il qu’aujourd’hui encore Iba n’ai pas encore compris que sa carrière politique s’est achevée avec la chute de ATT son médiocre mentor ? Les différents déboires qu’il subit à chacune de ses apparitions publiques ne lui ont-ils rien suggéré quant à sa place dans l’arène politique de ce pays ? “Si tu ne te lèves pas du plat au moment indiqué, quelqu’un se chargera de te le dire‟.
Et si toi tu ne veux pas quitter la politique, sache qu’elle t’a quitté depuis très longtemps, si tant est que tu t’y es jamais trouvé à ta place.
Mes propos sont des conseils d’un ami qui font peut être pleurer, mais qui sont la vérité.

Dramane et ses amis ont aujourd’hui la responsabilité de convoquer très rapidement un congrès pour doter l’Adema d’une direction qui n’a rien à voir avec celle qui y trône en tout cas depuis plus de 10 ans.

Idrissa DIOUF

Le Prétoire du 19 Août 2013