Partager

Contribuer à la sensibilisation des opérateurs privés sur la démarche qualité et la présence effective des produits du crû sur les marchés internationaux : est l’objectif que s’assignent le PCDA, le CSP et le Fafpa pour mieux soutenir l’économie nationale.

Le Centre du secteur privé en partenariat avec le Fonds d’appui à la formation professionnelle et à l’apprentissage (Fapfa) et le Programme de compétitivité et de diversification agricole (PCDA) a organisé le samedi dernier à son siège une conférence sur « la qualité comme garantie d’exportation des produits agricoles et de l’agro-industrie ».

La qualité de nos produits est la principale préoccupation des acteurs du développement. C’est la raison pour laquelle des cadres sont de plus en plus organisés pour renforcer cet état de fait. Pour donner une particularité à cette vision nationale, des spécialistes se sont donné la main en vue de traiter le sujet de fond en comble. Il s’agit de Moctar Boukenem du PCDA et Ahmadou Sylla, consultant en technologie alimentaire.

Mais d’entrée de jeu, Baïdy Diakité, directeur du CSP, a annoncé l’organisation d’un forum sur l’industrie alimentaire pour le renforcement des capacités du pays en novembre prochain.

Pour Séni Fofana du PCDA, ce programme gouvernemental consiste à contribuer à l’accroissement et à la diversification des revenus et des opportunités économiques en milieu rural. Cet objectif, poursuivra-t-il, passe par l’amélioration des filières agricoles, la pêche et l’élevage.

« Il reste établi que les filières agricoles d’exportation dans notre pays renferment d’énormes potentialités tant sur le plan de l’offre de production que sur celui des opportunités de marchés aux plans national, sous-régional et international », a-t-il ajouté.

Toutes choses qui doivent inciter les acteurs et leurs partenaires de nos exportations agricoles à s’unir pour relever le défi de la recherche et de la maîtrise de la qualité, condition indispensable pour garantir la compétitivité de nos produits sur les marchés internationaux.

A travers ces genres de rencontres, on peut affirmer que les acteurs du secteur privé sont plus que jamais déterminés à renforcer les capacités d’un secteur, dont la contribution est précieuse pour l’économie malienne.


Assitan Haïdara

(stagiaire)

22 Juillet 2008