Partager

Comme il est de coutume, les populations de Bamako et celles des capitales régionales du pays souffrent énormément pendant la période chaude, en raison de l’incapacité de la société Energie du Mali (EDM SA) à servir de l’électricité sur toute l’étendue du territoire national. Ce scénario se poursuivra également cette année malgré les tentatives du ministre des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, de rassurer la population quant à la desserte normale de l’électricité pour le bonheur des abonnés de l’EDM SA. Dans une interview sur la chaîne nationale, le ministre Traoré a évoqué les causes des coupures récentes de l’électricité à Bamako et les actions d’anticipation pour contrer ces coupures.

Parlant tout d’abord des causes des coupures intempestives d’électricité, le ministre Traoré a soutenu qu’elles sont de deux ordres. La première cause, dit-il, est liée à un cas de force majeur qui serait dû à un incendie qui est survenu au marché de bétails de Faladiè, communément appelé Garbal. Selon lui, c’est cette haute tension qui assure l’acheminement de l’électricité produite à Manantali, Felou et d’une façon générale, dans la zone de Kayes vers Bamako. « C’est cette haute tension qui transporte l’électricité jusqu’au poste de transformation pour rendre l’électricité de haute tension consommable pour les populations. Ce qu’on appelle la moyenne et la base tension. Ce qui a fait que quand nous avions eu cet incident, il y a eu une coupure généralisée, mais très rapidement les équipes de l’Energie Mali SA se sont mises à travailler pendant quatre jours, nuit et jour. Ils ont tout fait pour que les Bamakois ne restent pas longtemps dans le noir », s’est félicité le ministre de l’Energie.

Quant à la seconde cause de ces coupures, le locataire du département de l’Energie dira qu’il s’agit d’un incident qui est routinier. « Pour préparer la période de pointe qui est mars-avril et qui coïncide cette année avec le carême, nous avons intensifié les travaux d’entretien et de maintenance. C’est ainsi que le poste de transformation qui est derrière Sébénikoro a fait l’objet d’un entretien par la Société de Gestion du barrage de Manantali », a-t-il expliqué.

A ce niveau, le ministre Lamine Seydou Traoré a lancé un message de sensibilisation pour inviter les populations à respecter les emprises des hautes tensions pour préserver leur vie face aux incidents qui peuvent survenir. Le ministre  des Mines, de l’Energie et de l’Eau, Lamine Seydou Traoré, a, dans son intervention, présenté les excuses des autorités à la population pour les désagréments causés. « Nous les rassurons que les dispositions ont été prises pour que les coupures d’électricité au Mali puissent être exceptionnelles et non une règle », a-t-il dit.

La question de l’arrivée des groupes a été abordée par le ministre Traoré. Il a confirmé que les huit groupes électrogènes sont venus. « Ce n’était pas un discours creux, mais nous avons toujours dit que ces groupes électrogènes rentreront en service courant deuxième trimestre 2022, mais plus précisément on avait dit pendant le premier semestre 2022. Mais, il faut rappeler qu’avant la construction de cette centrale, la plus grande centrale du Mali est celle qui est à Sotuba qu’on appelle communément Balengué. La construction de cette centrale, qui fait 66 Méga, a duré au moins quatre ans et nous nous sommes donnés comme objectif de faire les travaux de ces 100 Méga à moins de deux ans », a indiqué le ministre Lamine Seydou Traoré.

Aussi, le chef du département de l’Energie a précisé que les travaux ont effectivement commencé en décembre 2020. « D’après le planning donné par l’entreprise, les travaux devraient prendre fin vers fin 2022 et début 2023. Mais nous avons mis toutes les équipes à contribution pour que ces groupes électrogènes puissent vraiment entrer en production avant fin juin 2022 », a souligné le ministre.

Par rapport à la desserte normale de l’électricité pendant la forte période de chaleur qui se pointe, le ministre n’a pas donné d’assurance. « Nous savions que ces groupes ne seront pas disponibles en tout cas pour le début de la période de chaleur, mais nous avons pris des dispositions pour justement faire venir des groupes électrogènes au niveau de Dubaï, et aujourd’hui, ce processus se poursuit bien. Nous pensons que d’ici la fin du mois, ces groupes seront là. On a eu quelques petites difficultés dans l’acheminement, dans la passation du marché parce que nous avons décidé de changer d’approche. Les contrats que nous sommes venus trouver en place n’étaient pas à l’avantage de la République du Mali », a détaillé le ministre de Lamine Seydou Traoré.

Sidiki Dembélé

SOURCE : Lerepublicainmali