Partager

Ce lundi 6 juin 2016, ils étaient 236 694 candidats à se présenter à l’examen du Diplôme d’études fondamentales (DEF) sur toute l’étendue du territoire, excepté les zones sous occupation des groupes armées de la CMA. Le lancement des épreuves par le ministre de l’Education nationale, Kénékouo dit Barthélémy Togo, a eu lieu au groupe scolaire Soundiata Keïta de Kangaba.

Selon le Département de l’Education nationale, au titre de l’année scolaire 2015-2016, ils sont 236 694 candidats repartis entre 1699 centres en compétition pour l’obtention du DEF. Cet effectif est reparti comme suit: 220 060 candidats au DEF classique et 16 634 au DEF arabe, soit une légère augmentation par rapport à l’année dernière, où l’effectif était de 236441 candidats. A l’occasion du lancement officiel des épreuves, le ministre de l’Education nationale a exprimé sa satisfaction d’une manière générale de l’organisation de l’examen et du déroulement des épreuves. Les matériels, les responsables de centres, les surveillants, les forces de l’ordre et les candidats étaient tous dans les conditions optimales permettant le bon déroulement du DEF à Kangaba et ailleurs comme ce fut le cas au CAP. «Nous avons pris des dispositions de sécurisation des examens afin de limiter les fraudes. Nous voulons des examens propres, sans fraude. Cette année, je suis heureux que les épreuves du DEF coïncident avec le mois de carême. Un mois de morale et d’abstinence à tout comportement prohibé», déclarera-t-il. Partant, il a exhorté les candidats et parents d’élèves à accompagner les autorités pour la réussite des examens. Car il s’agit de l’avenir de notre pays et de la crédibilité de nos diplômes. Faut-il le rappeler, auparavant, à l’ouverture de l’enveloppe de la première épreuve, à savoir la rédaction qui portait sur l’environnement et les avantages du travail, le Ministre Togo a prodigué des conseils aux candidats. «Dans la vie, ne comptez jamais sur quelqu’un d’autre. Ne comptez que sur vos propres efforts. Car si vous obtenez des milliers de diplômes en fraudant, cela ne servira à rien. En plus, je vous avise que dans ce monde en pleine compétition, il ne suffit plus d’être bon, mais d’être très bon pour pouvoir s’affirmer. Travailler à l’excellence afin d’honorer notre pays à travers le monde», ajoutera le Ministre Togo.

S’agissant des élèves réfugiés, les autorités scolaires affirment que l’examen du DEF et du bac seront organisés pour les candidats en Mauritanie, à Bassikounou, aux mêmes dates que les candidats de l’intérieur. Car, il est impérieux pour le ministre de l’Education nationale de relever le défi, pour redorer le blason du système éducatif dont l’image a été entachée ces dernières années par des fuites de sujets et de nombreux dysfonctionnements. Pour constater le déroulement du DEF à Bamako, le ministre a sillonné quelques centres d’examens. De façon générale, les épreuves se sont déroulées dans des conditions satisfaisantes. Du centre de Bolibana au collège Notre Dame du Niger, en passant par le Centre Karamoko Sangaré, le Centre de Niomi 2ème cycle II, l’Ecole Prospère Kamara, et le groupe scolaire Mamadou Konaté, entre autres, c’est le même constat. Les épreuves se déroulent sans incidents. Tout se passe comme souhaité. Du côté de nos correspondants à Koutiala, Bougouni, Sikasso et Kayes l’examen du DEF s’est déroulé sans incidents majeurs.

Oumar KONATE

Le Prétoire du 9 Juin 2016