Partager

La construction des logements sociaux à Tabakoro (dans la commune de Kati), a nécessité le déguerpissement et l’expropriation de dizaines de personnes de leurs parcelles avec la promesse de leur dédommagement conformément à la loi. Malheureusement, les victimes de l’opération constatent avec amertume aujourd’hui un tripatouillage des chiffres. Au lieu de 700, ils reprochent au ministère du Logement, des affaires foncières et de l’urbanisme de ne vouloir prendre en compte que 100 personnes seulement.

Les victimes d’expropriations au profit des besoins de l’État ont toujours été dédommagées à la hauteur du préjudice causé à elles. Cette bonne habitude est en train d’être perdu au ministère du Logement, des affaires foncières et de l’urbanisme qui semble ne faire qu’à sa tête, dénoncent aujourd’hui les victimes de la construction des logements sociaux de Tabakoro dont les terres ont été expropriées par l’État pour les besoins de la cause.

Sur plus de 700 victimes d’expropriations, le ministre du Logement, des affaires foncières et de l’urbanisme n’aurait retenu que…100 personnes, une liste de personnes totalement fictives. Cette décision viole totalement l’esprit de l’arrêté 1865/MLFU-SA du 14 juin 2010 qui traduit volonté du gouvernement de résoudre les conflits fonciers soulevés par l’Union des associations et des coordinations d’association pour le développement et la défense des droits des démunis (UACDDDD).

Face à cette situation qu’elle considère comme une malversation, l’UACDDDD aurait envoyé une requête au ministre Gakou Salamata Fofana pour la prise en compte de vrais expropriés de Tabacoro dans la liste déjà établie. A en croire nos sources, cette requête adressée au ministre il y a de cela une année n’a pas encore reçu de réponse. Et la Cour suprême qui aurait saisie pour trancher le différend traine quand on sait qu’elle a déjà traité de dossiers (dont celui de Moussa Mara) introduits bien après.

Selon l’avocat de l’UACDDDD, Me Athé Diarra, il faut derrière toute cette affaire, des sommes faramineuses comme les 253 milliards de FCFA que doivent être investis pour la réalisation du programme de construction des logements sociaux. De nombreuses personnes parlent d’un deal entre la société immobilière « Foras » et le gouvernement.

Oumar Camara

L’Indicateur du Renouveau du 29 Juillet 2010.