Partager


Lundi après-midi quelque 900 personnes ont été décorées pour services rendus à la nation malienne. La cérémonie était présidée par le chef de l’Etat, Amadou Toumani Touré en présence du grand chancelier des ordres nationaux du Mali, le colonel Kokè Dembelé.

L’émotion et la joie intenses se sont côtoyées, lundi dernier au CICB à l’occasion de la cérémonie solennelle de décoration des femmes et d’hommes qui ont contribué aux progrès et au rayonnement de la nation malienne. La patrie a exprimé, lundi après-midi, sa reconnaissance à environ 900 personnes, chacune, dans son domaine, ayant apporté sa contribution de qualité au développement de notre pays.

Les distinctions qui vont de la dignité de Grand officier de l’Ordre national, jusqu’à la médaille du mérite national avec effigie abeille, en passant par les grades de commandeurs, officiers ou chevaliers de l’Ordre national, ont été remises pour certains par le président de la République Amadou Toumani Touré, puis en son nom par le Premier ministre, des ministres.

Presque tous les secteurs d’activités du pays ont été concernés par cette remise de médailles. Les récipiendaires étaient ministres ou anciens ministres, éléments des forces armées et de sécurité, cadres de l’administration publique, enseignants, journalistes, médecins, artistes, sportifs, agriculteurs ou membres de la société civile…

Ce ne sont pas seulement ceux qui résident aux Mali qui ont été décorés. Des étrangers ont été élevés au rang de chevalier de l’Ordre national à titre étranger. Il s’agit, entre autres, de Laurent Dona Fologo de la Côte d’Ivoire, Yang Ying, du Dr. Barbara Papegeng.

On retiendra particulièrement de cette cérémonie, l’honneur fait à Mme Adame Ba Konaré, présidente de la Fondation Partage et ancienne première Dame, promue à la dignité de Grand officier de l’Ordre national du Mali, au même titre que le Premier ministre, Modibo Sidibé, ses prédécesseurs Modibo Kéita et Mandé Sidibé, Soumaila Cissé, Fousseiny Samaké, Dr. El Béchir Gologo…

Parmi les commandeurs (la plus grande distinction du Mali), figurent la présidente de la Fondation pour l’Enfance, Mme Touré Lobbo Traoré, première Dame en exercice, Pr. Mamadou Dembelé, ancien Premier ministre, Aminata Dramane Traoré, Bakary Kamian, Intallag Ag Attayer, chef de la fraction des Iforas, Soumeylou Boubeye Maïga…

Emus, certains récipiendaires étrangers ont témoigné de leur reconnaissance à notre pays et aux autorités. « C’est avec beaucoup de satisfaction et d’humilité que j’ai reçu cette distinction qui m’honore », se sont-ils félicités, avant de s’engager à faire plus pour notre pays.

Dans la presse privée écrite, la décoration a concerné le directeur de publication de « L’Indépendant », El hadj Saouti Labass Haïdara, élevé au rang de chevalier de l’Ordre national du Mali.

Notons qu’avant la cérémonie de remise proprement dite, Kokè Dembélé, a rendu un hommage mérité à tous les récipiendaires. Pour lui, médaillés morts ou vivants, c’est autour des différents ordres nationaux : amour, courage, dévouement qu’ils se sont distingués.

Les ordres nationaux du Mali ont été créés le 31 mai 1963 pour récompenser les fils du pays ou les étrangers méritants qui s’illustrent dans le développement de notre pays ; ceux qui, par leurs actions et les actes posés, apportent une réelle contribution au développement du pays. Mais la plus haute distinction, qui était la Médaille d’or de l’indépendance, a été abrogée.

Pour la simple raison qu’elle était décernée aux Maliens qui avaient contribué à l’accession l’indépendance non seulement de notre pays, mais de tout autre pays sous le joug colonial. La distinction était directement rattachée à un contexte qui n’est plus. Mais les titulaires de cette prestigieuse décoration sont toujours honorés.

Amadou Sidibé

21 Janvier 2009