Partager

J’ai l’honneur d’informer l’opinion nationale et internationale de certains faits. Il s’agit d’un groupe d’individus qui se sont déclarés des grévistes de MORILA-SA. Mais ils parlent de la SOMADEX et de la grève du 5 Juillet 2005. Moi, je ne suis pas le Secrétaire Général de MORILA-SA, mais le Secrétaire Général de la SOMADEX.

Ce groupe d’individus a déclaré au journal “Le Quotidien Le Soir de Bamako“ du mercredi 30 Janvier 2008, sous le numéro 00149, que ça soit le paiement intégral de leurs droits par leur employeur, ou leur réintégration dans la mine. Dans le cas contraire, ils envisageront d’user d’autres moyens pour se faire entendre dans les jours à venir. Ce groupe d’individus n’est pas avec nous. Au cas où il arrive quelque chose à un expatrié français à la SOMADEX ou un Sud-africain d’ANGLOGOLD, je ne serai pas responsable.

Ensuite, nous avons appris que certains grévistes ont porté, ou veulent porter une plainte au tribunal contre la SOMADEX. Ces personnes ne sont pas avec nous. Donc, j’informe ces travailleurs d’adresser leurs listes à la SOMADEX, comprenant leurs noms et leurs numéros-matricules, avec copie au ministère des Mines et à la D.N.G.M..

D’autre part, il est dit, dans une intervention mise en ligne le 7-11-2005, que le Chef du personnel de la SOMADEX, Balla Mourou Diarra, le falsificateur de nos contrats de travail, a été mis en place par l’Etat malien à la SOMADEX, et que ce dernier était devant des gendarmes de Bougouni et un huissier de justice pour signer la rupture de contrats des travailleurs. Cela est faux.

Le Chef du personnel n’est pas un envoyé de l’Etat malien à la mine ; et le gouvernement du Mali n’est nullement responsable de la falsification de nos contrats ou du blocage de nos primes de rendement. Ceux qui nous ont créé de problème à MORILA, ce sont ces mêmes personnes qui sont en train d’accuser le gouvernement, pour que les Maliens n’apprennent pas la réalité.

Ils veulent aussi être les représentants des travailleurs. Ils parlent dans des radios pour cacher le mal qu’ils ont fait à MORILA. Je ferai la lumière sur ces hypocrites. Le régime en place est très loin d’être responsable de ce qui nous est arrivé. Ceux qui ont falsifié nos contrats et bloqué nos primes de rendement sont à présents à MORILA ; et ils continuent d’emmerder les travailleurs.

Le problème du Mali n’est pas un problème de régime, mais un problème de Maliens dont la plupart sont incorrects. Sinon, c’est le gouvernement qui a relevé l’Inspecteur du travail pour la question des faux contrats. D’ailleurs, c’est le gouvernement qui a été victime d’un complot bien préparé à MORILA. C’est pourquoi le SYNACOME dirigé par Nanourou Koné et Alphonse Koné de la D.N.G.M., et Jean Denan de l’Hydraulique, ont vite réagi.

Mais certains syndicalistes incorrects ont trompé l’ex-ministre des Mines, comme si Nanourou et autres étaient contre le gouvernement. Sinon, le régime en place n’est pas responsable. Nous avions fait un reproche à ATT parce que c’est le Père de la Nation. Il pouvait régler notre problème. Mais dire que ATT nous a créé ce problème, cela est faux.

La raison est très simple. C’est l’ex-comité syndical des travailleurs, dirigé par Mahamane Traoré, qui a créé ces problèmes aux travailleurs. Après quoi, ils ont menti sur le gouvernement.

C’est le comité syndical des travailleurs de la SOMADEX qui a fait un protocole d’accord à l’insu des travailleurs, autorisant la SOMADEX le refus de paiement de la prime de rendement des années 2000-2001-2002-2003, sous prétexte que la SOMADEX n’a pas atteint l’objectif de production demandé par ANGLOGOLD.

Donc, après avoir signé ce document, le comité syndical a informé les travailleurs que lors de la visite de l’ex-ministre des Mines, Monsieur Ahmed Diane Séméga, ce dernier a autorisé la mine d’or de MORILA à refuser le paiement de la prime de rendement aux travailleurs.

Vous savez, c’est une copie dudit protocole d’accord. Alors, ce sont d’ex-membres de ce comité et certains travailleurs qui sont en train de faire des reproches au gouvernement, et à faire des marches dans les rues. D’autres ont même participé au Forum de Kidal pour transformer notre lutte.

Par conséquent, j’informe que les grévistes qui sont en train de marcher et de faire des reproches au gouvernement, au nom de notre lutte, sont responsables de leurs actes. Je ne serai jamais avec un homme ou un groupe, ou auprès d’un parti politique, pour reprocher le gouvernement sur une chose dont il n’est pas responsable. De même, je demande au gouvernement d’oeuvrer pour la réintégration des travailleurs et nous rétablir dans tous nos droits.

Dans les jours à venir, nous vous révèlerons la suite des évènements au journal “Le Soir de Bamako“.
Bamako le 26-8-2008


Amadou NIOUMANTA, Secrétaire Général du Comité syndical

SOMADEX-MORILA

28 Aout 2008