Partager

Présenté le mardi dernier à l’Assemblée nationale, la Déclaration de politique générale du Premier ministre Moussa Mara a été adoptée le vendredi 2 mai 2014, à la majorité de 121 voix pour, 22 contre et 0 abstention. Cela à l’issu d’une journée marathon au sein de l’hémicycle. Les débats dirigés par Issaka Sidibé, Président de l’Assemblée nationale, ont été quelques fois houleux. A noter que l’opposition a voté contre le document. des questions d’intérêt national ont été évoqués, comme la paix et la réconciliation nationale, l’énergie, la sécurité, la diplomatie, l’économie, la santé, l’éducation, l’emploi des jeunes, l’agriculture, l’élevage, le sport, le transport, la justice, la culture, le tourisme, l’environnement, etc.

C’est sur un document de 69 pages que les députés se sont prononcés. Il y’a eu des suggestions et des questions adressées au chef du gouvernement Moussa Mara. Les cinq groupes parlementaires au sein de l’hémicycle ont eu l’occasion de s’exprimer. Après le passage des députés du groupe parlementaire Rpm, dont la majorité a jeté des fleurs au Premier ministre, Mme Haïdara Aïchata Cissé (Chato) de l’Apm, s’est interrogée sur le fait que jusqu’à présent l’armée malienne ne patrouille pas à Kidal.

L’opposition n’a pas mâché ses mots. Selon l’honorable Alkeïdi Touré, la Dpg est insuffisamment structuré car il y’a des redondances. Avant d’ajouter qu’il est difficile de traduire la Dpg en plan d’action. Pour l’honorable Dédéou Traoré, le gouvernement n’a pas de vision pour la gestion de la crise du nord du Mali. Quand à l’honorable Mamadou Hawa Gassama, la montant qui a servi à acheter l’avion présidentiel pouvait être injectée dans l’armée. Pour l’honorable Mody N’Diaye, la déclaration devait faire l’objet d’un examen minutieux, sans complaisance et le plus objectif possible.

Mais, elle est muette sur la nouvelle réforme en cours concernant les finances publiques. Avant d’ajouter que la déclaration ne prend pas toute l’ampleur de la gravité de la situation actuelle. « Un pays ne peut se développer avec des bas salaires », a-t-il dit.

Le 3ème vice-président a souligné que le climat des affaires n’est pas bon. L’Honorable Bakary Fomba a demandé l’état de décaissement effectué lors de la table ronde de Bruxelles. A quand la fin des délestages ? S’interroge l’honorable Adama Kané. Pour l’honorable Oumar Mariko, il y’a maintenant une complicité entre le corrupteur et le corrompu. Yaya Sangaré a invité le premier ministre à rassembler le haut conseil islamique du Mali.

En réponse aux questions des députés, le premier ministre Moussa Mara a précisé que le gouvernement a une feuille de route pour la crise du nord, mais que la gestion prend du temps. Avant de signaler que tous les déserteurs de l’armée sont ou seront radiés.

Sur l’achat de l’avion présidentiel, Moussa Mara dira que lLe Mali n’a aucun élément justifiant qu’il est le propriétaire de l’ancien Boeing. L’avion en question ne répond pas aux exigences techniques. Raison pour laquelle le Mali a acheté l’avion à 20 milliard de FCFA, qui n’appartient pas à IBK, mais aux 15 millions de maliens.

Il a signalé que ceux qui ont agressé le président Dioncounda et ceux qui ont violé le domicile du Président Alpha Oumar Konaré répondront de leurs actes devant le tribunal.

Sur Kidal il soutient :« Nous avons plusieurs actions à Kidal surtout la formation des jeunes, la construction des salles de spectacle. Dans les jours à venir, nous allons partir à Kidal », a conclu Mara.

Après les débats, la déclaration a été votée par 121 députés, 22 contre et 0 abstention.

Aguibou Sogodogo

05 Mai 2014