Partager

Selon les informations relayées, le Médiateur de la République du Mali est décédée à la suite d’un accident de la circulation à 20 km de Bamako, plus précisément à Dialakorobougou dans les environs de 23 heures.

jpg_bam2.jpg Elle revenait d’une mission des régions du Nord du Mali : Gao, Tombouctou, Kidal. Sa voiture a fait un tonneau en essayant d’éviter un motocycliste, distributeur de pain . Sur le coup son garde du corps a perdu la vie. Quant à M’Bam Diarra, médiateur de la république, sa mort est survenue dans les environs de 3 heures du matin à la clinique Pasteur.

La rédaction de Afribone présente ses condoléances les plus attristées aux familles éplorées


Biographie de M’Bam Diatigui Diarra

C’est le mardi 09 juin 2009 que, conformément à l’article 4 de la Loi n° 97- 022 du 14 mars 1997 instituant le Médiateur de la République, Mme M’Bam Diatigui Diarra, nouveau Médiateur de la République, a prêté serment devant le Président de la République, selon la formule consacrée : « Je jure et promets de remplir mes fonctions avec honnêteté, impartialité et justice, et de ne révéler aucun secret que j’aurai obtenu dans et après l’exercice de mes fonctions ».

C’est ce mardi 09 juin 2009 que, conformément à l’article 4 de la Loi n° 97- 022 du 14 mars 1997 instituant le Médiateur de la République, Mme M’Bam Diatigui Diarra, nouveau Médiateur de la République, a prêté serment devant le Président de la République, selon la formule consacrée : Je jure et promets de remplir mes fonctions avec honnêteté, impartialité et justice, et de ne révéler aucun secret que j’aurai obtenu dans et après l’exercice de mes fonctions.

M’Bam Diatigui Diarra est née le 02 octobre 1946 à Dakar au Sénégal. Après son baccalauréat en philo-langues obtenu au Lycée de Jeunes Filles de Bamako en 1966, elle entreprend des études de psychopédagogie en France sanctionnées par un diplôme de formation d’éducatrice préscolaire en 1974 à l’Institut de Formation Pédagogique de Montrouge près de Paris.

A son retour au Mali, M’Bam Diarra occupe plusieurs fonctions. Elle est notamment chargée en 1975 de l’encadrement des femmes et enfants des camps de sinistrés touaregs dans la région de Gao, puis directrice du jardin d’enfants de Mopti en 1976, coordinatrice des jardins d’enfants et services sociaux des 6ème et 7ème régions, Chef de la section sociale de la SOMIEX.

Mme MBam DIARRA, Médiateur de la République

En 1981, elle entreprend des études de droit à l’Ecole Nationale d’Administration (ENA) sanctionnées en 1985 par une maîtrise. En 1986, elle s’inscrit au barreau malien. La riche carrière d’avocat et de militante des droits de l’homme qu’on lui connaît, commence au début des années 90 pendant la Transition malienne quand elle assurera la fonction de vice présidente de la Conférence nationale.

Elle est nommée membre du CTSP, le Comité de Transition pour le Salut du Peuple, la plus haute instance dirigeante à l’époque. Elle y préside la Commission institutionnelle et juridique. Au même moment, elle est membre de l’équipe de supervision de la commission d élaboration de la nouvelle constitution du Mali.

De 1991 à 1998, Mme Diarra est présidente de l’AMDH, l’Association Malienne des Droits des Hommes. De 1994 à 1996, elle est Rapporteure spéciale sur la situation des Droits de l’homme au Tchad pour le compte du Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme. De 1997 à 1999, elle est coordinatrice du Programme d’Assistance Judiciaire à l’Office du Haut Commissaire aux Droits de l’Homme au Burundi.

De 1999 à 2003, elle travaille au Bureau des Nations Unies en Guinée Bissau comme coordonnatrice des activités en direction des institutions de la République, des partis politiques, des femmes et de la société civile.

Avant sa nomination par le Président de la République comme Médiateur de la République par le Décret n° 09-268 / PRM du 03 juin 2009, M’Bam Diarra avait fait partie du Comité de Réflexion sur l’Approfondissement de la Démocratie, communément appelé Comité Daba Diawara. Elle était Secrétaire Permanente de la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH) et vice présidente du MAEP, le Mécanisme africain d’Evaluation par les Pairs.

C’est donc une femme d’expérience, militante des droits de l’homme qui arrive comme 3ème Médiateur de la République, après son parrain, le regretté Me Demba Diallo et Madame Diakité Fatoumata N’Diaye. M’Bam Diatigui Diarra est mère de trois enfants.

18 Janvier 2011

…………………………….

Le Mali en deuil : Me M’Bam Diarra, médiateur de la République n’est plus

Me M’Bam Diarra, Médiateur de la République du Mali, n’est plus. Elle est décédée le 18 janvier 2011, aux environs de 3 heures à la clinique Pasteur. De retour d’une mission dans les régions nord du pays, sa voiture a fait un tonneau à une vingtaine de kilomètres de Bamako, au moment où le chauffeur a tenté d’éviter un motocycliste distributeur de pains.

Me M’Bam Diarra est décédée des suites d’un accident de la circulation, survenu dans la nuit du 17 au 18 janvier 2011, à Dialakorobougou, localité située à une vingtaine de kilomètres de Bamako. Elle rentrait d’une mission qui l’avait conduite dans les régions de Tombouctou, Gao et Kidal. Qui était Me M’Bam Diarra ? Quel a été son parcours ? Nommée médiateur de la République le 3 juin 2009, Me M’Bam Diarra avait prêté serment le 9 juin 2009.

Avant sa nomination au poste de médiateur de la République, Me M’Bam Diarra fut membre du Comité de réflexion sur l’approfondissement de la démocratie. Elle était aussi secrétaire permanente de la Commission nationale des droits de l’Homme (CNDH) et vice Présidente du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP). Avec cet accident, le Mali vient de perdre une femme pétrie d’expérience et doublée du statut de grande militante des droits de l’homme.

Née en octobre 1946 à Dakar au Sénégal, Me M’Bam Diarra a décroché son baccalauréat en philo-langues au Lycée des jeunes filles de Bamako en 1966, avant de s’envoler pour la France, où elle a obtenu en 1974 le diplôme d’éducatrice préscolaire de l’Institut de formation pédagogique de Montrouge, près de Paris. Revenue au pays, Me M’Bam Diarra va occuper plusieurs fonctions.

En 1975, elle a été chargée de l’encadrement des femmes et enfants des camps de sinistrés touaregs dans la région de Gao. En 1976, elle était directrice du jardin d’enfants de Mopti, avant de devenir coordinatrice des jardins d’enfants et services sociaux des 6ème et 7ème régions, puis chef de la section sociale de la Somiex. Mais, en 1981, contre toute attente, Me M’Bam Diarra décide d’entreprendre des études d’administration (ENA). En 1985, elle obtint le diplôme de l’ENA et en 1986 s’inscrit au barreau malien.

C’est à partir de cette date que commença pour elle une riche carrière d’avocate et de militante des droits de l’homme. Après mars 1991, Me M’Bam Diarra est nommée membre du Comité de transition pour le salut du Peuple (CTSP). Dans cette haute instance dirigeante du pays, elle préside la Commission institutionnelle et juridique. Parallèlement, elle a été membre de l’équipe de supervision de la Commission d’élaboration de la nouvelle constitution du Mali. Elle fut aussi Vice Présidente de la Conférence nationale.

De 1991 à 1998, Me M’Bam Diarra a été présidente de l’AMDH (Association Malienne des Droits des Hommes). Parallèlement à son mandat à la tête de l’AMDH, de 1994 à 1996, elle fut Rapporteur spéciale sur la situation des Droits de l’homme au Tchad pour le compte du Centre des Nations Unies pour les Droits de l’Homme. De 1997 à 1999, elle a été coordinatrice du Programme d’Assistance Judiciaire à l’Office du Haut Commissaire aux Droits de l’Homme au Burundi.

De 1999 à 2003, elle a travaillé au Bureau des Nations Unies en Guinée-Bissau comme coordonnatrice des activités en direction des institutions de la République, des partis politiques, des femmes et de la société civile.

Assane Koné

Le Républicain du 19 Janvier 2011

…………………………….

Accident de circulation : Me M’bam Diatigui Diarra n’est plus

Le Médiateur de la République revenait d’une mission de restitution de son rapport annuel dans les régions du nord et de Mopti.

La série noire se poursuit. Après la disparition en novembre dernier du général Amadou Baba Touré et du colonel Lamine Diabira à la suite d’un accident de la circulation survenu en Arabie saoudite où ils étaient en pèlerinage, notre pays vient de perdre un autre illustre cadre, en la personne de Me M’Bam Diarra. En effet, le pays s’est réveillé hier avec une triste nouvelle : Me M’Bam Diatigui Diarra, Médiateur de la République, a trouvé la mort dans un accident de la circulation qui s’est produit lundi aux environs de 23 heures à Dialakorobougou sur la route de Ségou à 20 km de la ville de Bamako.

Son garde du corps, l’adjudant chef de police Fadoua Kéita, a lui aussi péri dans l’accident. Le médiateur de la République revenait d’une mission de restitution de son rapport annuel dans le Septentrion et dans la région de Mopti. Une mission qui l’a conduite successivement à Kidal, Tombouctou, Gao et Mopti. Le conseiller à la communication de la médiature, Gaoussou Haidara, faisait partie de la mission.

Il nous livre son témoignage. « Le médiateur de la République a entamé sa mission à Kidal par avion. C’est par avion aussi que sa délégation s’est successivement rendue à Tombouctou et Gao. C’est dans cette dernière ville que nous avons récupéré nos trois véhicules pour gagner Mopti où le Médiateur de la République a animé une conférence. Après cette rencontre, nous avons pris la route. Nous sommes arrivés à Ségou la nuit et après avoir dîné, avons poursuivi le voyage.

Le cortège est arrivé à Dialakorobougou aux environs de 23 heures et l’accident s’est produit lorsque le véhicule du Médiateur de la République qui était positionné au milieu du cortège a voulu éviter un livreur de pain qui s’est imprudemment jeté sur la voie. Le véhicule a fait plusieurs tonneaux avant de s’immobiliser sur un côté. Le choc a été brutal. Le garde du corps du Médiateur est mort sur le coup. Me M’Bam Diatigui Diarra a été admise à la clinique Pasteur. Elle a passé les radios et reçu les premiers soins. On nous a signalé qu’elle n’avait qu’une simple fracture à la jambe.

Mais aux environs de 3 heures du matin, la clinique nous a informé de son décès », témoigne-t-il. Le chauffeur du véhicule, a-t-il précisé, n’a eu que des égratignures. Hier à la médiature, les messages de condoléances venaient de partout à travers le monde. Nommée médiateur de la République en juin 2009, Me M’Bam Diatigui Diarra avait multiplié les contacts à travers le monde dans le but de donner plus de visibilité à son institution.

Dans son message de vœux de nouvel an au président de la République, en fin décembre, elle avait souhaité des moyens supplémentaires, afin de permettre à son institution de mener correctement ses activités. C’est justement dans le cadre de ces activités – une mission de restitution – que Me M’Bam Diatigui Diarra a perdu la vie. Me M’Bam Diatigui Diarra est née le 2 octobre 1946 à Dakar au Sénégal. Après son baccalauréat en philo-langues obtenu au Lycée de jeunes filles de Bamako en 1966, elle entreprend des études de psychopédagogie en France sanctionnées par un diplôme de formation d’éducatrice préscolaire obtenu en 1974 à l’Institut de Formation Pédagogique de Montrouge près de Paris.

A son retour au Mali, M’Bam Diarra occupe plusieurs fonctions. Elle est notamment chargée en 1975 de l’encadrement des femmes et enfants des camps des sinistrés touaregs dans la région de Gao. Elle a été ensuite directrice du jardin d’enfants de Mopti en 1976, coordinatrice des jardins d’enfants et services sociaux des 6è et 7è Régions, chef de la section sociale de la Somiex. En 1981, elle reprends ses études et fait du droit à l’École nationale d’administration (ENA) d’où elle sort en 1985 avec une maîtrise en droit privé. En 1986, elle s’inscrit au Barreau malien.

La riche carrière d’avocat et de militante des droits de l’homme qu’on lui connaît, commence au début des années 90 pendant la Transition malienne quand elle assurait la fonction de vice présidente de la Conférence nationale. Elle siège alors au Comité de transition pour le salut du peuple (CTSP), l’organe dirigeant de la Transition. De 1991 à 1998, M’Bam Diatigui Diarra préside l’Association malienne des droits de l’homme. De 1994 à 1996, elle est rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme au Tchad pour le compte du Centre des Nations Unies pour les droits de l’Homme.

De 1997 à 1999, elle coordonne le Programme d’assistance juridique à l’Office du haut commissaire aux droits de l’Homme au Burundi. De 1999 à 2003, elle travaille au Bureau des Nations Unies en Guinée Bissau comme coordinatrice des activités en direction des institutions de la République, des partis politiques, des femmes et de la société civile. Avant sa nomination par le président de la République comme Médiateur de la République en 2009, Me M’Bam Diatigui Diarra avait fait partie du Comité de réflexion sur la consolidation de la démocratie au Mali, communément appelé Comité Daba Diawara.

Elle était secrétaire permanente de la Commission nationale des droits de l’Homme et avait assuré une des vice-présidences du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs. Cette mère de trois enfants, 3ème Médiateur de la République, après son parrain, le regretté Me Demba Diallo et Mme Diakité Fatoumata N’Diaye, était donc une femme d’expérience et une grande militante des droits de l’homme. Dors en paix M’Bam Diatigui Diarra !

Madiba Keita

L’Essor du 19 Janvier 2011.