Partager


C’est un moyen d’impliquer tout le monde…”, a dit Malick Sène“Ce n’est pas dans les bureaux feutrés qu’on arrivera à bout du sida…”, tels sont les premiers propos du Secrétaire Exécutif du Haut Conseil National de Lutte contre le Sida dans notre pays. Conscient de cette vérité, le chef de la lutte contre le VIH/Sida a effectué une tournée à l’intérieur de notre pays pour se rendre compte de l’état d’avancement de la nouvelle approche initiée par sa structure.

Il y a seulement quelques années que notre pays avait un taux de prévalence nationale de 1,7%. Grâce aux actions menées par l’instance suprême de lutte contre le fléau et avec l’implication effective du président de la République, Son Excellence M. Amadou Toumani Touré, ce taux national a baissé (1,3%), soit une diminution de 0,4%.

Cette réalisation a été beaucoup saluée par la communauté internationale pour les efforts fournis par notre pays à cet effet, et cela a surtout encouragé les responsables du Haut Conseil National de Lutte contre le Sida de fournir encore plus d’efforts.


L’information et la sensibilisation

Si l’information et la sensibilisation restent les moyens les plus efficaces de lutte contre le VIH/Sida, atteindre les couches cibles et les plus vulnérables reste un défi que le Haut Conseil National de Lutte contre le Sida entend relever. Pendant la première phase de la lutte contre le VIH/Sida de la période 2004-2008, les actions se géraient à niveau central.


Malick Sène

A partir de cette année 2008, le Haut Conseil National de Lutte contre le Sida entend décentraliser la lutte à plusieurs niveaux pour impliquer tout le monde au processus : “Cette décentralisation exige que les régions s’approprient des contenus de notre politique nationale de lutte contre le Sida, le Mali a fait un cadre stratégique de lutte contre le VIH/Sida”.

Dans ces politiques, il est dit ce qu’on doit faire. Nous avons des documents pour dire, dans le cadre de la lutte contre le VIH/Sida, voilà ce qu’un ministre peut faire, voilà ce qu’un député peut faire, voilà ce qu’un directeur d’un projet peut faire. Mais si eux n’ont pas l’information, ils ne peuvent pas se l’approprier.

Quelqu’un qui est directeur, tu n’as pas été formé pour faire la lutte contre le VIH/Sida et ces documents aident ces personnes à savoir ce qu’ils peuvent faire. Cela va aider le député à faire son travail, le gouverneur, le préfet… C’est à partir de cette appropriation que nous voulons impliquer tout le monde dans le lutte.

Car la réalité appartient au terrain c’est pas dans nos bureaux qu’il faut faire la lutte contre le VIH/Sida. Au niveau de l’éleveur, au niveau du pêcheur, du paysan, du commerçant, des femmes, des enfants, etc… On ne peut pas atteindre ces couches sans les élus locaux, les autorités qui les encadrent sur le terrain”, a dit le Secrétaire Exécutif du HCNLS, M. Malick Sène.


L’objectif de la tournée

C’est pour rencontrer les autorités sociales, administratives, politiques et religieuses que le champion de la lutte contre le sida s’était rendu dans les régions de Ségou, Mopti, Gao et Tombouctou.

Lors de ce périple, il a été question de comment rendre ce processus efficace pour répondre aux attentes du chef de l’Etat, car pour la mise en oeuvre du PDES, il faut la protection des secteurs de développement de notre pays (zones minières, zones agricoles…).

Dans sa tournée, un village de la région de Gao aura beaucoup marqué M. Malick Sène, pour cause, les habitants se sont organisés en collectif pour côtiser et aider les ONG évoluant dans le village dans la lutte contre le VIH/Sida et cette côtisation concernait le chef de village, l’imam, les ressortissants et autres habitants.

Selon le Secrétaire Exécutif, ce sont des actions qu’il faut encourager et desquelles les uns et les autres doivent s’inspirent et faire de la lutte contre le VIH/Sida une préoccupation personnelle.

Il est nécessaire de savoir que cette nouvelle approche de lutte contre le sida est une avancée pour atteindre les objectifs fixés d’ici 2012 par le président de la République Amadou Toumani Touré.

Moussa KONDO (Stagiaire)

21 Août 2008