Partager

A l’occasion de la célébration de la quatrième édition de leur journée, les étudiants ressortissants et sympathisants du Nord à Bamako, regroupés au sein d’une association dénommée  » Naata  » ont organisé une conférence débat, le jeudi 10 mai, à l’acropole de la Faculté des sciences et techniques (FAST). Intitulé : « Décentralisation, une politique de développement de nos régions du Nord« , ce thème a été choisi par les organisateurs pour échanger sur les avantages qu’ils peuvent tirer de la politique de décentralisation.

« La décentralisation est une réforme politique majeure au Mali. Cette politique a vu le jour sous le régime de Alpha Oumar Konaré. L’Etat a accepté de transférer aux collectivités territoriales une partie de son pouvoir. Cette politique est la fille de la bonne gouvernance qui est elle aussi la fille de la démocratie que le Mali a acquise dans le sang en mars 1991. Grâce à cette politique, on peut dire que le pays se développe » a déclaré Ismael Yéro Dicko,

Principal conférencier, non moins en charge de la communication à l’Agence malienne pour la promotion de l’emploi des jeunes (APEJ). Il poursuit : « avec la décentralisation nous avons eu le pont Wabaria, des routes ont été construites. Les choses bougent rapidement. Quand à la situation de l’emploi des jeunes, les opportunités sont énormes. Cependant, il faut que vous preniez vos responsabilités. Il faut que vous preniez des initiatives. Soyez des acteurs de la vie politique de vos communes. Car celles-ci ont besoin de cadre biens formés et talentueux« .

Dans son exposé, l’orateur de rappeler qu’au Mali, le jalon de la décentralisation avait été posé depuis le temps colonial. Pour preuve, a déclaré M. Dicko, Bamako a été la première commune du Mali. Les régions quant à elles ont été érigées en communes. Au terme de son intervention, le conférencier a lancé un appel aux femmes afin qu’elles ne restent pas en marge des activités politiques.

Le clou de la rencontre a été l’intervention des étudiants. Ils ont été nombreux à poser des questions. Celles-ci avaient trait surtout aux rapports entre le Conseil de cercle et la mairie, et les différentes missions assignées aux deux structures. Nouhoum Maïga, étudiant, a proposé que la politique de décentralisation soit ouverte aux autres secteurs d’activité notamment l’éducation.

Ainsi, a-t-il déclaré: « la décentralisation doit être un processus holistique. Elle ne doit pas se limiter seulement à l’administration territoriale. Elle doit prendre même en compte le secteur de l’éducation. Je crois qu’il faut décentraliser l’université. Cela permettra aux étudiants de rester dans leurs localités pour étudier et en même temps de participer aux activités politiques de leurs communes« .

Créée le 4 février 2003, l’Association des ressortissants et sympathisants du Nord « Naata » a pour objectif de lutter contre la pauvreté, cultiver l’excellence et promouvoir l’entente et la solidarité entre les étudiants ressortissants de cette partie du Mali. Selon Youssouf Baby, secrétaire général de « Naata » son association entend partir des valeurs culturelles pour promouvoir le développement. Pour cette édition, la journée a été très riche en activités.

Après la conférence débat, une grande animation musicale a eu lieu dans la matinée, l’après midi a été marquée par un match de football qui a mis aux prise les Sonrhaïs et les Dogons.
Au finish, il convient de souligner que cette conférence n’a pas tout à fait comblé les attentes.

Primo, elle serait intéressante, si les débats avaient pris en compte les recommandations du forum de Kidal consacré au développement des régions du nord du Mali. La décentralisation et l’emploi des jeunes ont occupé le cœur des débats.

Secundo, pour une meilleure compréhension du processus, l’Association aurait dû chercher un expert qui s’occupe des questions de décentralisation.

Abdoul Karim KONE

11 mai 2007.