Partager

Les Camerounais élisaient lundi leurs députés et élus locaux, un scrutin qui devrait voir le parti du président camerounais Paul Biya, au pouvoir depuis 30 ans, conforter son écrasante majorité à l’Assemblée nationale. « J’espère seulement que tout va se passer dans la clarté, dans la justice et qu’il n’y aura pas de tromperie », a commenté Marthe Mbazi, une électrice« Notre démocratie gagne en maturité (…) nous sommes en train de faire des progrès gigantesques, et après les municipales et les législatives, nous mettrons en place le Conseil constitutionnel. L’édifice démocratique du Cameroun sera ainsi achevé », a déclaré M. Biya. Quelque 5,4 millions d’électeurs étaient appelés aux urnes pour élire 180 députés et des milliers de conseillers municipaux des 360 communes du pays, lors de scrutins de liste à un tour. Vingt-neuf partis présentent des candidats aux législatives et 35 sont en compétition pour les municipales. L’opposition accuse régulièrement le pouvoir de frauder aux élections et le RDPC d’utiliser les moyens de l’État pour faire campagne alors que ses adversaires font face à des difficultés financières. Le gouvernement a annoncé un financement de la campagne à hauteur de 1,7 milliard de FCFA (2,5 millions d’euros), dont la moitié a été récemment débloquée et mise à la disposition des partis en lice. AFP.