Partager

La campagne pour les élections législatives et locales du 1er septembre en Mauritanie a officiellement débuté vendredi, avec la participation de l’opposition radicale qui avait boycotté ces derniers scrutins il y a cinq ans. Le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz, chef de lUPR a appelé depuis la capitale à « un vote massif pour sa formation afin de continuer sur la voie des réalisations grandioses, de la lutte contre la gabegie ». L’UPR se présente à ces élections avec des partis alliés, membres de la majorité.L’opposant historique Ahmed Ould Daddah, chef du RFD, a demandé aux Mauritaniens d’effectuer « le sursaut nécessaire pour balayer le régime de la dictature et de la faillite généralisée« , lors d’un rassemblement à Nouakchott. Ce sont des « élections inédites dans le processus démocratique de notre pays », a déclaré jeudi le président de la Céni, Mohamed Vall Ould Bellal, appelant toutes les parties à collaborer pour « le succès de ces scrutins couplés ». La Céni comprend 11 membres, dont cinq de l’opposition dite modérée, mais aucun de l’opposition radicale, qui a boycotté un dialogue avec le pouvoir en 2016.AFP.