Partager


Faire d’une pierre deux coups c’est-à-dire des ex-militants CNID qui ont viré dans le giron de l’URD et par là même expliquer aux militants du parti, ce qu’il faut faire pour remporter les élections communales de mai 2009. Voilà l’exercice auquel des membres du bureau exécutif national de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) se sont prêtés le samedi 25 octobre 2008 à Naréna situé à 90 km de Bamako dans le cercle de Kangaba.

La délégation du BEN-URD était conduite par Mamadou Diawara, 1er adjoint au secrétaire général du parti, Me Demba Traoré, secrétaire chargé des relations avec l’administration, Mme N’Diaye Aïssé Keîta, 1ère vice-présidente du mouvement des femmes URD, Bouréïma Boré, 1er adjoint à la communication du mouvement des jeunes URD, entre autres.

Visite de courtoisie

C’est aux environs de 8 heures que la délégation a quitté Bamako le samedi dernier en direction de Kangaba. Elle arrive aux environs de 9 heures 30 mn à Naréna (à 90 Km de Bamako) où elle fut accueillie à l’entrée du village par le secrétaire général de la sous-section URD de Naréna, M. Adama Traoré entouré d’une foule nombreuse dont des ex-militants du CNID.

Après l’accueil, la délégation conduite par le secrétaire général Mamadou Diawara a aussitôt rendu une visite de courtoisie aux autorités administratives, politiques et coutumières du village. Ainsi, tour à tour, elle s’est rendue dans la famille du chef de village, chez le sous-préfet Modibo Doumbia, dans la famille du maire de Naréna et à la Brigade Territoriale de Gendarmerie. Toutes ces autorités se sont réjouies de cette marque de respect, de sympathie et de confiance à l’endroit des visiteurs et ont fait des bénédictions pour le succès de leur mission et du parti URD dans le Mandé. Après le tour du village, la fête a véritablement commencé.


Le CNID se vide a Narena

L’ex-arrondissement de Naréna comprend aujourd’hui quatre communes rurales qui sont: la commune de Benkady, celle de Karan, la commune de Balan Massala et celle de Naréna. Parmi les villages et hameaux faisant parties de ces quatre communes ont peut citer entre autres Sokourani, Kéniéma, Sébécourani, Bayan, Samalen, Foura, Sola Bougouda. Selon le maire de Naréna, ce vaste territoire couvre 475 km2 pour 10 756 âmes environs. Les principales activités des populations sont l’agriculture et l’élévage.

Ce beau public est composé par des militants URD et des ex-militants CNID qui sont des sympatisants et des amis de Me Demba Traoré. Puisque le jeune Demba a rallié l’URD, ils ont à leur tour décidé de le suivre. Un parti, c’est d’abord des militants. A l’URD, il n’y a pas de militants de la 1ère heure et de la 25ème heure, ils ont tous le même droit”, a dit Mamadou Diawara, secrétaire général du BEN-URD.

Le porte-parole des ex-militants CNID, M. Mohamed Keïta, enseignant à Socourani a affirmé qu’ils ont été trahis et abandonnés par les responsables du parti du Soleil levant, c’est la raison pour laquelle ils l’ont quitté. Séance ténante, le grand griot de Naréna, Mody Diabaté a évoqué qu’ils ont pu recueillir pour l’URD une liste de 180 personnes, toutes détentrices de cartes d’électeurs. En tout cas, ils ont été bien accueillis par les responsables de l’URD.

Me Demba Traoré et l’urd, une histoire d’amour et de raison

Dans son adresse à ses amis et sympathisants de Naréna qui sont désormais des militants URD, Me Demba Traoré s’est réjoui de leur mobilisation : “Je remarque ici qu’aucun d’entre vous ne porte un tee-shirt. Cela est un bon exemple de militantisme engagé et durable. Je vous rappelle ici que c’est le 22 décembre 2007 que j’ai adhéré à l’URD lors d’une cérémonie organisée à cet effet.

En 2002, lorsque j’étais candidat à la députation, l’URD n’était pas encore né. La tendance ADEMA qui a créé l’URD m’a aidé et a soutenu ma candidature en 2002. J’ai été élu député et ce n’est après que l’URD a été créé. Entre ce parti et moi, il y a donc une histoire d’amour et de raison”, a martelé Me Demba Traoré.


Quelle stratégie électorale pour l’urd ?

Avec deux ministres au gouvernement, 29 députés à l’Assemblée nationale, 1623 conseillers communaux, l’URD est aujourd’hui la 2ème force politique au Mali après l’ADEMA. L’URD n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. Il veut être la 1ère force politique à la faveur des élections communales de 2009.

Cela passe par un travail méthodique. Le week-end dernier à Naréna les militants ont été sensibilisés par rapport aux enjeux des prochaines échéances électorales. Les émissaires ont demandé aux militants d’aller se faire recenser afin d’être sur les listes électorales et d’avoir une carte le jour du vote.

Daba Balla KEITA

28 Octobre 2008