Partager

Pour Allan et Barbara Pease, auteurs de best-seller sur les différences entre hommes et femmes, la réponse est claire: la femme serait naturellement poussée à se soumettre. La preuve? Elle accentuerait systématiquement, dans son corps, tout ce qui évoque la fragilité.

Elle sourit
jpg_une-38.jpg
Selon deux chercheurs de l’Université de Boston, Marvin Hecht et Marianne LaFrace de l’Université de Boston, les femmes sourient davantage que les hommes au boulot, ce qui peut les faire paraître faibles et soumises. « Certains prétendent que cette différence de sourire entre les deux sexes provient du fait que les femmes ont toujours été maintenues dans des rôles subalternes par les hommes, résument Allan et Barbara Pease. Or d’autres recherches montrent que, dès l’âge de 8 semaines, les filles sont beaucoup plus souriantes que les garçons, ce qui laisse penser qu’il s’agirait d’un signal corporel inné et non acquis« . En conclusion, la femme sourirait plus que l’homme tout simplement parce que c’est inscrit dans ses gènes.

Elle ouvre grand les yeux
jpg_une-39.jpg
Pour arborer un visage enfantin, celui qui fait craquer le sexe opposé, les femmes ont tendance à hausser les sourcils face à un homme. Cette tendance est encore accentuée lorsqu’elles s’épilent les sourcils. Et plus les femmes ont un visage enfantin – de grands yeux, des joues rebondies et un petit menton, plus elles attirent les hommes. En effet, cette vision déclencherait chez les hommes une sécrétion accrue d’hormones cérébrales stimulant en eux le désir de protection. Pour les hommes, c’est tout à fait le contraire. A la puberté, leurs visages évoluent davantage que ceux des femmes. Ils développent une mâchoire forte ainsi qu’un nez et un front généralement prononcés, des caractéristiques qui traduisent la capacité à défendre un territoire et à affronter des ennemis.

Elle tient la main par en-dessous

Quand une femme saisit la main d’un homme, le plus souvent, elle tourne sa paume vers le haut, en « supination » tel un mendiant, un symbole de soumission. L’homme au contraire, tourne sa paume vers la terre, en « pronation » comme le salut nazi par exemple, un symbole d’autorité. En agissant comme tel, les femmes montrent inconsciemment qu’elles sont moins intéressées que les hommes par le pouvoir et la domination.

Une démonstration en trois points qui tente d’expliquer tant bien que mal les spécificités hommes-femmes en analysant leur gestuelle respective, partant du paradigme politiquement correct selon lequel hommes et femmes sont égaux mais différents. Une femme naturellement soumise face à un homme dominant par nature? Nous, on préfère croire que les temps changent.

7sur7 du 30/09/08