Partager

Quoi de mieux qu’une sortie spéciale et publique pour exprimer sa joie de recouvrer sa liberté et sa place parmi ses pairs? Adama Sangaré, le Maire du District de Bamako, n’a pas manqué l’opportunité.

Pourtant, une coïncidence imprévue et malheureuse aurait pu le retenir au chevet d’un enfant malade. Néanmoins, il a tenu à être présent à la session extraordinaire du Conseil, tenue le jeudi 5 septembre dernier à l’Hôtel de ville. Après un léger retard, son entrée dans la salle fut teintée d’émotion de part et d’autre. Poignée de main à tous, accolade en plus pour les dames, Adama Sangaré est apparu plein de sérénité et d’assurance, comme ceux qui se savent soutenus et qui n’ont rien à se reprocher.

Il dira d’ailleurs, dès l’entame de son adresse, «si j’ai pu supporter les difficiles conditions de la détention, rester serein pendant cent dix-sept jours, c’est grâce à vous tous. Je vous en remercie infiniment». Puis l’ex détenu de fustiger, sans trop de détails (le dossier suit son cours), son incarcération, fondée selon lui sur le simple fait «d’avoir signé un acte administratif».

Il a déploré le fait que cette détention infligée à un élu ait contribué à écorcher sérieusement l’image du Mali auprès de la communauté des municipalités, africaine comme mondiale. Si l’on n’y prend garde, selon Adama Sangaré, les autorités maliennes risquent tout simplement de priver le pays de toutes les mannes financières qui ne peuvent être mises à disposition que dans un contexte réel de gouvernance à la base. «Aujourd’hui, l’essor du Mali dépendra nécessairement du renforcement du processus de la décentralisation. Par conséquent, il faut que nous puissions serrer nos coudes afin que l’Etat protège réellement les élus dans l’exercice de leur fonction».

Après cet appel, le Maire du District s’est appesanti sur la grande ambition du Conseil qu’il dirige pour la capitale malienne: le Projet Bamako Horizon 2030, vaste initiative dans laquelle est bien prise en compte la question cruciale de l’assainissement de la ville. Adama Sangaré a aussi eu une pensée pieuse pour les victimes des inondations. En réponse, le Coordinateur des chefs de quartier de Bamako, présent dans la salle, a pris la parole pour exprimer les voeux de toute l’assistance pour une relaxe définitive du Maire, afin que les uns et les autres se donnent la main pour relever les défis qui en valent la peine.

M.G. Touré

22 Septembre du 9 sept 2013