Partager

Malgré ses trois casquettes d’Aqmi, Ansardine et Mujao qui font de lui le Premier ministre de pleins pouvoirs des territoires occupés, Oumar Ould Hamaha n’a pas lésiné sur Douentza. Il est venu avec ses hommes dans une dizaine de véhicules et dès l’aube il a encerclé les troupes de Gando Izo. Des combats farouches dans cette province remplie de récits du légendaire Mamoudou Ndouldi dont on disait qu’il avait l’habitude d’assommer des bœufs de sept ans rien qu’avec son pouce gauche ? Non vraiment, rien d’épique. Mujao a attendu un moment, puis a commencé à ramasser les armes et ligoter les résistants du mouvement d’auto-défense.

Ne vous moquez surtout pas : vous risquez sinon les foudres d’un descendant direct du merveilleux héros. En fait, un ancien député qui commençait à prendre de l’air en raison de l’action héroïque, disait-il il y a quelques semaines, du Colonel Claude. (Prononcez Kolner Colaude pour faire authentique !). Et puis c’était fini : Mujao mettait fin ainsi au contrat de gardiennage qu’il avait signé avec Ganda Iso et dont l’évocation nous avait valu son temps, la foudre de quelques internautes toujours infaillibles, l’injure à la bouche avec ce qu’il y a de plus courageux au monde : l’anonymat du pseudo…

Oumar Ould Hamaha ne s’arrêtera même pas là. Il dira ensuite au très prometteur Baba Ahmed de Associated Press que si l’armée levait le petit doigt, le trio Mujao-Ansardine-Aqmi n’hésiterait pas à prendre Bamako. Avec Sévaré et Ségou de passage. Peut-être qu’il bluffe, peut-être pas, mais s’il a le jihadiste a les moyens de ses menaces, ça veut dire que j’ai bien fait d’anticiper ma reconversion. Vendeur d’articles de foi. Tenues afghans s’arrêtant au mollet, bouilloires, tapis de prières avec boussoles calées sur la direction de la kaba, toutes les éditions du Coran et des Hadiths, les voiles les plus austères possible. Faut juste que je passe enregistrer la structure chez le nouveau ministre du culte pour ne pas faire de la concurrence déloyale à certains opérateurs économiques. C’est nettement moins dangereux que la presse où n’importe quel sous-marin peut t’envoyer des menaces de mort sans aucune conséquence. Première boutique : Douentza.

Adam Thiam

04 Septembre 2012