Partager

De nouvelles violences ont fait cinq morts dans le nord du Nigeria, dont deux dans l’attaque de commissariats de police à Kano, la métropole secouée par une récente tuerie revendiquée par des islamistes. Un peu plus à l’est, dans la ville de Potiskum, des hommes à vélo ont abattu dimanche le gardien d’une église, a déclaré lundi un responsable de la police, Lawan Tanko. Ces opérations n’ont pas été revendiquées mais le nord du pays, majoritairement musulman tandis que le sud est à dominante chrétienne, est secouée depuis 10 jours par des violences imputées au groupe islamiste Boko Haram.Vivement critiqué pour avoir échoué à stopper les attaques, le président Goodluck Jonathan a dit récemment que Boko Haram devait clarifier ses revendications pour un éventuel dialogue. Une proposition rejetée par un porte-parole présumé du groupe, Abul Qaqa, qui a jugé que l’appel n’était « pas sincère ». Boko Haram a dit vouloir un État islamique dans le nord du pays. Des experts estiment que le groupe a tissé des liens avec la branche maghrébine d’Al-Qaïda, Aqmi. Mais beaucoup soulignent qu’il est avant tout la résultante de problèmes nigérians, politiques notamment. AFP.