Partager

La région de Kidal est considérée comme potentiellement riche en uranium, mais sous exploité.

Créée en 2006 et implantée au Mali en 2007, Oklo Limited Uranium est une société australienne spécialisée dans l’uranium. Elle a obtenu dans notre pays une autorisation d’exploration sur une superficie de 19,390 km2 au nord-est de Kidal.

Un levé géophysique aéroporté totalisant 53,676 km linéaires a été exécuté sur l’ensemble de la zone.

A ce jour, les résultats de la partie sud du projet Kidal révèlent plusieurs anomalies d’uranium attestant que la région de Kidal dispose de fortes potentialités en matière d’uranium mais sous exploitées.

L’objectif premier d’Oklo est le développement d’un grand projet d’uranium au Mali et au Niger. Le projet est considéré comme étant fortement prospectif grâce à la morphologie de la zone et de la présence d’autres mines d’uranium dans la région.

Le ministre de l’Energie, des Mines et de l’Eau, Ahmed Sow, qui a présidé jeudi après-midi la cérémonie de présentation de la société Oklo Limited Uranium sanctionnée par la remise de documents de la campagne de géophysique aéroportée dans la région de Kidal, n’a pas soutenu le contraire.

« Les mines, ce n’est pas seulement l’or. Le Mali regorge de ressources minières extrêmement importantes. Notre politique minière se caractérise par le développement du secteur minier. C’est la raison pour laquelle il est important pour nous de mettre en place un programme énergétique cohérent destiné à appuyer les sociétés minières pour qu’elles puissent exploiter dans les meilleures conditions.

Dans ce cadre, nous allons procéder à la relecture du code minier et créer une société de patrimoine. En plus des ressources de fer, de bauxite, nous avons des indices probants pour le diamant et le manganèse », a indiqué le ministre Sow. Il a assuré la société Oklo Limited Uranium de l’appui de son département dans la conduite du reste du processus.

Basée à Perth et inscrite en 2007 à la Bourse des valeurs australiennes, la société Oklo a un portefeuille de 9 projets (un au Mali, 2 au Niger et 6 autres en Australie). Le programme d’exploration prévoit l’évaluation complète des données géophysiques. Il prévoit également de compiler et de prioriser les cibles avec leurs coordonnées.

Pour ce faire, la société, aux dires de son PDG, Peter Meagher, a établi un partenariat « mutuellement bénéfique avec la direction nationale de géologie et des mines ». Une campagne d’information et de sensibilisation des communautés locales a été faite par la société avant le début du levé aéroporté.


Mohamed Daou

Essor du 12 Mai 2008