Partager

Frederik de Klerk, le dernier président sud-africain de l’époque de l’apartheid, a accusé l’ANC au pouvoir depuis 1994 d’instaurer une discrimination raciale dans le pays, dans un discours à l’occasion du 20e anniversaire des premières élections démocratiques. L’Afrique du Sud a instauré une discrimination positive favorable aux noirs sur le marché de l’emploi, dans la création et la gestion d’entreprise, et l’ANC évoque régulièrement des projets de redistributions des terres, toujours majoritairement aux mains des grands fermiers blancs. Le temps est venu, a dit M. De Klerk, d’un « dialogue sérieux (entre le gouvernement) et tous ceux qui sont visés par sa conception de la transformation », a poursuivi l’homme qui avait légalisé l’ANC et fait libérer Nelson Mandela en 1990. L’Afrique du Sud célèbre cette année les 20 ans de sa démocratie et des premières élections libres du 27 avril 1994, qui ont permis l’arrivée au pouvoir de Nelson Mandela. Dans un bilan des deux décennies de gestion de l’ANC, l’ex-président a noté les succès en matière de construction de logement, de distribution d’eau et d’électricité ou encore d’allocations sociales aux plus pauvres. Mais il a vivement dénoncé ce qu’il considère comme les plus graves échecs des successeurs de Mandela: l’emploi, l’éducation, et l’aggravation des inégalités. AFP