Partager

Port1.jpg
C’est le plus gros investissement jamais réalisé dans un port de la sous-région, soutient le directeur général du Port autonome de Dakar, Bara Sadi.

C’était lors d’un déjeuner de presse qu’il animé le mardi dernier à l’hôtel Nord-Sud de Bamako. Les travaux, ainsi réalisés ou en cours d’exécution, permettront de hisser le Port de Dakar au rang des leaders dans notre espace communautaire.

Cette année, les chantiers en cours concerneront l’extension du terminal à conteneurs.

Il s’agit de la construction d’un troisième poste à quai dans le prolongement des postes 62 et 63 par comblement de la darse entre le TAC et le môle 8 en vue d’accroître les surfaces conteneurs actuelles et le linéaire de quai sur 300 m.

La réalisation de ces travaux permettra d’améliorer les capacités des portes pour conteneurs en vue d’accueillir des navires avec des tirants d’eau de 13 m mais aussi la manutention avec la mise en place de portiques.

Le môle 2 aussi est concerné par ces travaux d’extension et de réhabilitation. Le projet consiste à renforcer les installations qui datent de 1904 et qui sont dans un état de dégradation avancée. Mais il s’agit aussi de créer de nouveaux espaces : rempiétement du quai ouest sur 70 m et terre-pleins supplémentaires (20 000 m2).

Il est en phase de finalisation. Il est prévu aussi de construire une plate-forme de distribution en zone nord.

C’est un complexe de 20 ha regroupant un centre routier avec le stationnement, un centre d’accueil restaurant, une zone d’entrepôts et de services communs (douanes, transit, grossistes pour décongestionner le centre ville et la zone nord du port).

La rencontre des responsables du Port avec la presse avait été précédée de deux rencontres.

La première a eu lieu dans les locaux du Conseil national du patronat du Mali (CNPM) et la seconde à la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM). Au cours des échanges, les opérateurs économiques ont souligné les difficultés rencontrées sur l’axe Dakar-Bamako, notamment sur le territoire sénégalais, où les postes de contrôle sont nombreux.

Ce qui entraîne un surcoût sur les prix de vente des marchandises. Le directeur de cabinet du ministère sénégalais de l’Économie maritime, Diallo Youssouf, a donné des assurances pour traduire dans les faits les conventions communautaires relatives à la libre circulation des personnes et des biens.

Il a ensuite rappelé la volonté commune des autorités des deux pays de s’employer à mettre en oeuvre les instruments d’intégration au bénéfice des populations.
Signalons que les responsables du Port autonome de Dakar ont fait don de deux tonnes de riz et de mil aux enfants du village d’enfants SOS de Sanankoraba.

Bara Sadi et ses collègues étaient à Bamako dans le cadre de l’inauguration de la nouvelle représentation du port de Dakar dans notre capitale (voir L’Essor du mardi).


A O. DIALLO

17 Juillet 2008