Partager

La direction de l’Union pour la démocratie et la république (URD) s’est réunie hier en réunion extraordinaire au siège du parti à Badalabougou. Coprésidée par Younoussi Touré et Soumaïla Cissé, respectivement président actif et parrain du parti, cette réunion avait à l’ordre du jour le compte rendu des actions menées dans le cadre des deux tours de l’élection présidentielle du 28 juillet et du 11 août 2013 et les élections législatives dont les dates du premier et du second tour ont été fixées au dimanche 27 octobre et 1 er novembre 2013.

Selon les échos qui sont parvenus hier avant notre bouclage, le parti de Soumaïla Cissé semble marquer son désaccord sur les conditions de fixation de ces dates par le gouvernement de la transition. Est-ce à dire que l’URD semble décidé à marquer ses premiers pas dans l’opposition avec un premier accrochage avec le gouvernement dirigé par Django Sissoko ? Tout porte à croire que Soumaïla Cissé qui avait annoncé lors de sa conférence de remerciement des partis alliés que l’URD entend constituer une véritable force alternative de propositions. Selon les responsables du parti de la poignée de main, la fixation des dates de ces genres de rendez-vous se fait de commun accord avec les acteurs politiques qui ont leur mot à dire.

L’unilatéralisme du gouvernement sortant de Django Sissoko est donc mis en indexe. Probablement, le nouveau président après son installation dans son fauteuil de décideur se penchera avec objectivité sur le sujet. Il n’est pas évident que lui-même soit en phase avec cette date. Car, c’est le début d’un changement en profondeur de l’arène politique nationale, dont il sera le principal chef d’orchestre. Certainement qu’il a sa propre lecture de la chose.

Mohamed A. Diakité

Tjikan du 21 Août 2013