Partager

Prévue pour se tenir du 24 au 31 décembre 2016, l’édition spéciale de la Biennale artistique et culturelle aura finalement lieu en mars 2017. C’est pour assurer une participation inclusive de toutes les couches sociales et de toutes les régions du Mali que le ministère de la Culture a décidé ce report.

ramatou-int-2.jpg
Cette année, le ministère de la Culture voulait relancer tous les grands rendez-vous culturels et artistiques du Mali. Il s’agit de la Biennale artistique et culturelle et la 8e édition du Triangle du balafon. Mais, à l’impossible nul n’est tenu. Voulant faire de ces rencontres un espace de brassage culturel et de réconciliation nationale, les autorités ont reporté ces événements à l’année prochaine.

Selon le secrétaire général du ministère de la Culture, Andogoly Guindo, la biennale est une manifestation populaire qui met en compétition les formations artistiques, les artistes et créateurs des communes, des cercles et des régions du pays. Elle vise à favoriser le brassage et l’interpénétration des populations et à contribuer à l’émergence d’une culture de paix et de citoyenneté.

Ce principe d’intégration et d’inclusion, selon M. Guindo, a amené la Commission d’organisation à revoir la forme d’organisation de la biennale en souhaitant associer pour cette édition spéciale, des couches sociales du pays, parfois exclues c’est-à-dire les handicapés. Aussi, il est paru nécessaire de faire correspondre la Biennale artistique et culturelle d’avec les évolutions politiques et géographiques de notre pays.

Ainsi, cette édition spéciale devait accueillir en plus des 8 régions et du district de Bamako, les nouvelles régions de Menaka et de Taoudénit (régions effectives depuis le 19 janvier 2016). Dans la même lancée, la diaspora malienne ainsi que les associations des handicapés devront prendre part à cette manifestation de cohésion sociale. Il a indiqué que l’édition spéciale aura finalement lieu en mars 2017.

Sory I. Konaté

21 Novembre 2016
©AFRIBONE