Partager

Le Centre international de conférence de Bamako a abrité du 9 au 10 septembre 2006, un colloque international sur le thème : « Afrique : musées et patrimoines, pour quels publics ? »

Le colloque de Bamako a abouti à la nécessité d’une approche spécifique du patrimoine culturel africain. Au cours d’une conférence de presse animée en prélude à cet événement, Samuel Sidibé, directeur national du musée du Mali, avait indiqué que le colloque de Bamako allait porter sur cinq sous thèmes.

Effectivement, depuis samedi, des experts venus de plusieurs pays d’Afrique et d’Europe, ont entamé une intense réflexion sur le devenir des musées en Afrique.

Ils ont débattu des cinq sous-thèmes : approche théorique, patrimoine et anthropologie, approche historique, histoire des musées en Afrique et l’approche sociologique.

Le premier sous thème a visé, à l’ ouverture du colloque, à la mise en place de la problématique notamment sous les angles de la théorie de la conservation et de la restauration du patrimoine et de l’anthropologie.

Le 2è sous thème, après avoir balisé le cadre théorique, a procédé à la mise en perspective historique à travers l’évolution des musées au cours de l’histoire.

Le 3è sous thème a ouvert la réflexion sur la question du public à travers la relation que le musée établit entre la recherche scientifique et la diffusion d’une information pour différents types de public.

« C’est sous cette thématique que les questions du public potentiel, du public cible et du public effectif peuvent être traitées« , avaient indiqué lors de la conférence de presse le directeur du musée national du Mali.

Le colloque de Bamako a aussi traité de l’approche muséographie. Les experts ont abordé la question du musée à travers une échelle de lecture plus spatiale et concrète.

Le sous thème des nouvelles formes de musées, s’est voulu plus prospectif en ouvrant sur des institutions qui ne se sont pas toujours des musées au sens habituel du terme, mais aussi offrent néanmoins des perspectives intéressantes.

Ce sont : les musées communautaires, les « banques » culturelles, les maisons du patrimoine. Le colloque de Bamako rentre dans le cadre d’un projet international de coopération qui a démarré en octobre 2005.

Coordonné par l’Africa Muséum de Tervuren de Belgique et réalisé en partenariat avec les musées du Mali, de Lubumbashi, du quai Branly, le projet a déjà enregistré l’organisation de trois ateliers scientifiques : à Bruxelles, à Bamako et à Lubumbashi, sur les thématiques suivantes : Musées et patrimoine traditionnels ; Musées identités et cultures vivantes ; Musées et stratégies pédagogiques.

Parallèlement au colloque de Bamako et de Lubumbashi, le projet a organisé deux ateliers pédagogiques. Ces ateliers visaient à sensibiliser les jeunes africains à la notion de musée. En marge du colloque de Bamako, le projet a initié une exposition pédagogique au musée national du Mali.

L’objectif de cette exposition était d’élaborer avec les adolescents, selon une démarche pluridisciplinaire, une muséographie plus globale, mettant en évidence les liens identitaires qui réunissent le public « Jeune » à ce patrimoine.

Assane Koné

11 septembre 2006.