Partager

Notre pays, le Mali est à un tournant décisif de son histoire. Le choix du nouveau président de la République nécessite une bonne connaissance des programmes de gouvernance de chacun des candidats. Conscient de cela, la clarté du projet de société de Soumaïla Cissé nous a permis de vous proposer un segment de ce qu’il veut faire pour assurer la croissance d’une économie compétitive, durable et juste.

Aujourd’hui, pour sortir le Mali de la double crise sécuritaire et institutionnelle, il nous faut un Président avec un projet de société en adéquation avec les réalités de l’heure. Il s’agit de réconcilier tous les cœurs, moraliser et équiper notre armée afin qu’elle puisse contenir toute agression éventuelle de terroristes et des apatrides. Pour se faire, la croissance économique est indispensable.

C’est pour cela que le candidat de l’URD a consacré une bonne partie de son programme à la croissance d’une économie compétitive, durable et juste. Cette dynamique sera articulée entre autres autour: du secteur agricole, des mines, du commerce, de l’industrialisation du pays, la modernisation des finances publiques et la lutte contre la corruption et la gabegie. Nous vous proposons le volet de l’agriculture.

Modernisation de l’agriculture

Le Mali à majorité paysans, le secteur agricole urge d’être modernisé. Ainsi, Soumaila Cissé entend augmenter la production céréalière à 13 million de tonnes en 2020, augmenter le rendement rizicole moyen en zone aménagée à 7 tonnes par hectares en maîtrise totale de l’eau et à 2,5 tonnes par hectare en submersion contrôlée ; l’augmentation du rendement moyen de coton à 1,2 tonne à l’ha.

Pour ce faire, Soumaïla Cissé préconise le renforcement de la capacité des organisations paysannes à gérer de nouvelles fonctions. Notamment des approvisionnent en intrants, crédit, conseil agricole. Il promet le développement des capacités locales et régionales de stockages et de conservation à la disposition des organisations paysannes ; la sécurisation des revenus des producteurs agricoles par les actions suivantes : renforcer la connexion des zones de production aux marchés régionaux et extérieurs ; rendre disponible l’information sur les prix pour réduire les asymétries d’informations en défaveur des producteurs, le désenclavement des zones de production par le développement des pistes.

Le candidat de l’URD envisage également de développer la micro-finance à l’intention des producteurs et des commerçants et la mise en place des mécanismes de garantie adapté au monde rural. Ce n’est pas tout, Soumaïla Cissé s’engage à poursuivre l’aménagement des périmètres irrigués et des bas-fonds inondables pour augmenter les rendements ; le développement des semences améliorées, variétés résistantes au stress hydrique, des variétés à cycle végétatif court.

A l’Office du Niger, Soumaïla a un projet alléchant pour les producteurs.
La poursuite des aménagements hydro agricoles pour satisfaire l’accroissement de la demande nationale et reconquérir les parts de marché du riz importé à un minimum de 10.000 hectares par an ; l’augmentation de la productivité au champs par le développement de la motorisation, l’amélioration du rendement du décorticage, meilleur drainage des parcelles permettant la restitution au fleuves des eaux prélevées en amont sont entre autres mesures préconisées par le candidat de l’Urd, à l’horizon 2015, exporter 1 million de tonnes de riz marchand par an.

Oumar KONATE

07 Août 2013