Partager

bourse.jpg

La bourse est alors mensuelle et s’étale sur une année scolaire ou académique.
Aussi, ses critères d’attribution comme la performance, la scolarité, le genre et la situation sociale s’ils sont très précis, permettent en même temps, s’ils sont minutieusement mesurés, de déterminer le nombre exact de bénéficiaires par Faculté, Institut et autres écoles.

Concernant la performance des nouveaux bacheliers, celle-ci est évaluée suivant la moyenne obtenue au bac, et donne droit à des points.

Elèves détenteurs de meilleures moyennes engrangent la totalité des 5 points alloués à ce premier critère.

Les élèves qui ont 13,51 et plus de moyenne gagnent 5 points ;

Les élèves ayant entre 11,51 et 13,50 de moyenne gagnent 3 points ;

Les élèves ayant des moyennes de 10,51 à 11,50 gagnent 2 points ;

Quant aux élèves ayant des moyennes situées sous 10,51, ils ne peuvent prétendre à rien.

Les 5 points affectés à la scolarité reviennent en totalité à ceux qui ont bouclé le cycle secondaire sans faute. Les élèves qui ont redoublé une classe obtiennent 3 points et ceux qui, au lieu des trois ans réglementaires, ont eu besoin de cinq ans ou plus n’ont aucun point.

Le critère genre s’applique bien sûr aux filles. Toutes les nouvelles bachelières bénéficient automatiquement de ce bonus d’1 point. La situation sociale est prise en compte pour aider les étudiants handicapés, ceux qui sont atteints de maladie sociale, les orphelins sans soutien de famille et les étudiants issus de centres d’accueil et de placement familial.

Les bacheliers totalisant 7 points et plus bénéficieront d’une bourse entière tandis que ceux qui ont 6 points ont droit à une demi-bourse. Les autres qui n’ont pu réunir plus de 5 points n’obtiennent pas de bourse.

Les résultats de l’année scolaire qui suit sont aussi déterminants puisque le demi boursier qui passe en classe supérieure se voit attribuer une bourse entière tandis qu’une demi-bourse est accordée à l’étudiant non boursier qui passe en classe supérieure.

Par contre, le redoublement entraîne la perte automatique d’une demi-bourse.

Pour bénéficier de l’une ou l’autre de ces catégories de bourse, il faut au préalable un dossier de demande de bourse adressée au ministre chargé de l’Enseignement supérieur. Ce dossier comporte une fiche de demande de bourse, un extrait d’acte de naissance ou de jugement supplétif, un certificat de nationalité, le relevé des notes du bac et, s’il y a lieu, le certificat de décès du parent défunt. Les étudiants précédemment inscrits ne fournissent qu’une fiche de demande et le relevé annuel de leurs notes de l’année précédente.

Les nouveaux bacheliers handicapés ou atteints d’une maladie sociale (lèpre, sida, tuberculose), les orphelins dont le parent survivant est sans ressources fixes ainsi que les étudiants issus de centres d’accueil et de placement familial peuvent bénéficier de l’aide sociale. Pour cela, ils doivent avoir obtenu au moins quatre points. Pour bénéficier de cette aide, les nouveaux bacheliers concernés produiront les mêmes documents que les autres avec en sus une fiche de demande d’aide sociale, un certificat médical et un certificat de décès du parent défunt s’il y a lieu.

La bourse entière s’élève à 26 250 Fcfa, la demi-bourse à 13 225 Fcfa, l’allocation annuelle d’équipement communément appelée « trousseau » est de 36 300 Fcfa.

Les élèves maîtres des classes terminales de l’enseignement normal perçoivent en outre une indemnité mensuelle de stage de 8 750 Fcfa pendant la durée effective du stage.

Les boursiers des classes terminales préparant le brevet de technicien et ceux des établissements recrutant par voie de concours perçoivent aussi une indemnité spéciale de 6 125 Fcfa par mois pendant leur stage.

Cette indemnité grimpe à 8 750 Fcfa mensuels pour les étudiants boursiers des classes terminales astreints au stage de fin de cycle. Les auditeurs de l’Isfra perçoivent une indemnité forfaitaire mensuelle de 7 500 Fcfa. Enfin les étudiants finalistes préparant un mémoire ou une thèse de doctorat perçoivent selon les cas une indemnité forfaitaire de 25 000 Fcfa pour les frais de mémoire ou de 75 000 Fcfa si c’est une thèse de doctorat.

Des allocations complémentaires sont aussi accordées aux étudiants bénéficiaires de bourses des pays d’Europe de l’est, de Cuba, de la Chine, de la Corée du nord, des pays du Maghreb, de Libye d’Egypte, de la Malaisie et de la Syrie. Ceux-ci reçoivent un trousseau de 30 000 Fcfa, une allocation supplémentaire de premier équipement de 30 000 Fcfa pour les nouveaux boursiers, un complément mensuel de bourse de 26 250 Fcfa. Il leur sera aussi alloué 25 000 Fcfa comme frais de mémoire ou 75 000 Fcfa pour une thèse de doctorat.

Enfin les étudiants bénéficiaires de bourses des États-Unis d’Amérique, du Portugal et d’Espagne percevront les allocations complémentaires suivantes : un complément mensuel de 120 000 Fcfa pour les États-Unis ; 50 000 Fcfa pour le Portugal et l’Espagne auquel s’ajoute une allocation annuelle de 200 000 Fcfa pour les soins médicaux.

Tout élève ou étudiant bénéficiaire d’une des catégories de bourse conserve le bénéfice de cette bourse si, pour des raisons de santé dûment constatées par un conseil médical, il ne peut prendre part aux activités pédagogiques.

Cependant, l’abandon des cours, l’exclusion, les actes d’indiscipline caractérisée ou la fermeture des établissements consécutive à des troubles imputables aux élèves et aux étudiants empêchant le déroulement normal des études, mettent fin au bénéfice de la bourse.


16 octobre 2007.