Partager

L’Union nationale des travailleurs du Mali(UNTM) a suspendu, hier mardi 25 mai 2021, son mot d’ordre de grève de cinq jours débuté un jour avant. Cette levée du mot d’ordre de la grève est motivée, selon l’UNTM, par « l’absence d’interlocuteurs fiables devant la nécessité de la concertation, du dialogue social pour restaurer la confiance, renforcer la paix sociale, avoir une convergence et la cohésion des opinions dans le traitement des revendications et des accords conclus avec le gouvernement. » Par ailleurs, l’UNTM a condamné « toute prise de pouvoir par la force » et a pris acte du changement intervenu dans le but de la rectification de la trajectoire de la Transition, ainsi que la déclaration officielle rendue publique à cet effet. »

Le lundi dernier, le président de la Transition Bah N’Daw et son Premier ministre Moctar Ouane ont été conduits manu militari à Kati par des militaires encagoulés. L’exclusion des militaires influents de l’ex- CNSP du nouveau gouvernement mis en place est à l’origine de cette colère soudaine de la junte contre les autorités de la Transition. Dans un communiqué rendu public ce mardi 25 mai, le chef de la junte, non moins vice-président de la Transition, Colonel Assimi Goïta, a annoncé la destitution du Président Bah N’Daw et son Premier ministre Moctar Ouane, ainsi que toutes les personnes impliquées dans la situation suite à la « violation » de la charte de Transition. Le Colonel Assimi Goïta, dans le même communiqué, fait aussi allusion à « la persistance des grèves de l’Union nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) » qui « constitue une véritable asphyxie de l’économique malienne et partant, la garantie d’une instabilité aux conséquences incommensurables. »

La principale centrale syndicale du pays avait lancé, le lundi dernier, une deuxième grève de quatre jours en un mois, à la suite de l’échec de négociations avec le gouvernement de Moctar Ouane.

M.K.D

Source: Le Républicain