Partager

La rébellion touarègue aurait des sources franc-maçonniques. Nos deux dirigeants démocratiquement élus seraient membres de la Grande Loge nationale française(GLNF). C’est la France Chiraquienne qui a fait élire ATT président en 2002. Un plan d’action avait été remis par la France au président ATT fraîchement élu auquel il avait donné son accord. A quelques petits mois de son départ, ses amis français constatent que rien n’est exécuté, alors une guerre civile sous l’appellation de rébellion touarègue éclate.

Pour ceux qui se réclament de la communauté internationale, le monde est divisé en deux groupes : d’un côté les apôtres de Lucifer pour gouverner la planète, et de l’autre, les bêtes nées pour être dirigées. Nous ne voulons minimiser personne car nous savons que les plus grands diplômés en Europe et aux États Unis, s’ils ne sont pas initiés, ils ignorent tout du fonctionnement de leur pays.

Au Mali, nous savons que de même, certes, la quasi-totalité des responsables politiques sont franc- maçons, mais la grande majorité, y compris certains grands diplômés, ne connaissent rien du fonctionnement de l’État. Les citoyens lambdas, n’en parlons pas.

Pour le fonctionnement de la Françafrique, les réseaux d’initiés sont inéluctables : tous les Françafricains sont tenus par des mécanismes d’initiation. Alors, ça peut- être des mécanismes d’initiation mafieuse ou dans des sectes, voire dans certaines protubérances de la Franc-maçonnerie.

Certaines associations servent de pépinière à la Franc-maçonnerie : Rotary club, Lion Club, les JCI. Ils sont intellectuels, grands commis de l’État, issus de la haute bourgeoisie et côtoient le grand monde. On les appelle couramment au Mali «les patrons».Ils sont (initiés) pour piller les ressources de nos pays et enrichir les grandes puissances. Oui, ce sont nos pays qui enrichissent les grandes puissances par les biais de commissions, de retro-commission, le détournement de l’aide au développement, le trafic de drogue, d’organes humains, de femmes dans des réseaux de prostitution.
La presse n’en parle pas soit par ignorance, soit parce qu’elle est inféodée à cette classe politique détentrice des pouvoir exécutifs et financiers.
Vous comprenez à présent pourquoi toute intrusion de nouveaux acteurs dans les sphères du pouvoir (c’est leur monde à eux seuls), sème la panique dans le cœur des secrets qu’ils sont parvenus à dissimiler jusque là, raison pour laquelle, leur communauté demande aux jeunes militaires de se retirer. Toute chose qui leur permettra d’organiser des élections truquées et d’installer un autre «frère» à la tête du Mali, qui reprendra le travail là où ATT et Alpha l’ont laissé.

Peuple du Mali, ouvre les yeux

Saviez-vous que sur chaque prêt (subvention), le bailleur permet au ministre et à son président de gagner quelque chose ? Par exemple, si la France finance une route au Mali pour un montant de 100 milliards, elle prélève 30 milliards, qu’elle place dans une banque française pour le président du Mali et le ministre du département en charge de la construction des routes. Elle fait payer au peuple (aux moutons que nous sommes) 130 milliards pour le capital et «les services de la dette» terme pudique de bénéfice.

Pour 70 milliards de dette que le Mali a réellement reçu (parce qu’en réalité la route coûte 70 milliards), il rembourse à la France avec 60 milliards de bénéfice. Autrement dit 30 milliards pour les dirigeants maliens, 60 pour les services de la dette, au total l’Etat perd 90 milliards pour un emprunt de 70 milliards).

Entre le Mali et la France qui aide qui ? A noter que la France tout comme d’ailleurs les Etats Unis ; croupit sous le poids des dettes, pour nous «aider» ces pays ont recours aux banques d’investissement ils prêtent à des taux très bas et à leur tour, ils donnent à des taux faramineux. En cas de problème, la part de nos dirigeants est gelée.

Vous soutenez tel candidat, vous êtes prêt à mourir pour tel chef de parti, normal, parce que vous ignorez tout de lui.

Il est fils de Lucifer (Satan), il est assassin, il n’aime pas son pays, mais l’argent et le pouvoir. Les franc- maçons n’ont d’égal qu’ALLAH. Cependant, à les voir, ils sont musulmans, chrétiens, protestants, ils fréquentent les mosquées et les églises. Ils vivent dans le secret, un secret qu’ils ne peuvent dévoiler au risque de se faire décapiter. Ils ont juré de ne pas divulguer le secret et même leurs femmes ne sont pas au courant, à plus forte raison, les militantes et militants de leur parti, qui du reste, ne sont que des moutons. Oui, nous sommes des doux agneaux, nous bêlons ADEMA, URD, Madou, Mouna…, sans savoir qu’ils sont potentiellement des Hyènes prêtes à nous dévorer à la moindre occasion.

Le 1er mars dernier un confrère écrivait : «Plusieurs chefs d’État africains démocratiquement élus sont membres de la Grande Loge nationale française (GLNF), une branche franc-maçonnique. Jusqu’ici, ce sont deux réseaux qui contrôlent et financent les gouverneurs à peau noire «démocratiquement élus». Ces deux réseaux ont un dénominateur commun : la violence qu’ils abattent sur les peuples des présidents soumis à leur diktat.»

Pas de nation, encore moins de peuples, mais rien que des troupeaux

Ils aiment tuer et ils ont pour symbole, une tête de mort et deux ossements croisés. Il faut savoir également, pour la grande majorité, se dénigrent devant les «moutons» que nous sommes, alors qu’en loge, ils sont tous frères républicains…

Les jours de vote, ils nous font sortir comme du bétail, et nous nous rendons aux urnes pour leur donner un pouvoir légitimant le vol de nos ressources. Ils sont franc- maçons, hommes politiques et ils règnent sur la planète francophone depuis 1776, date de la fondation de l’Ordre des Illuminatis en Bavière par Adam Weishaupt.

Nous précisons que la Franc-maçonnerie remonte à la création de la Société Royale de Londres pour le développement de la Connaissance en 1662. En dévorant des milliers de pages sur le sujet, le peuple, la nation sont régulièrement assimilés aux bétails dans les livres écrits par les Grands maîtres maçons.
A leurs yeux, la nation est un grand troupeau qui ne songe qu’à paître, et qu’avec de bons chiens, les bergers les mènent à leur gré. On lui fera vouloir et on lui fera dire ce qu’elle n’a jamais pensé.

Le principe de base des franc- maçons satanistes se résume ainsi : «Devancer le troupeau en se mettant à sa tête pour l’emmener dans le ravin.»

Il faut lire le livre d’Antony Sutton sur les Skull & Bones. Il est le seul au monde a avoir eu en mains des documents internes à cette SECTE, dont, encore une fois, les deux «idiots» Bush et son «clone» Kerry sont membres… Cette fraternité de mort est historiquement liée à la secte des illuminés de Bavière d’Adam Weishaupt.

Les familles qui dominent cet ordre depuis 1833 sont, entre autres : Rockefeller (Standard Oil aujourd’hui EXXON), Harriman (chemins de fer), Weyerhaeuser, Sloane, Pillsbury, Davison, Payne, Gilman, Taft, Stimsom, Perkins, Whitney, Bundy, Lord, Heinz, Bush…
Et, encore une fois, ce sont ces criminels et leurs fidèles alliés de mort qui ont été les instigateurs des guerres et autres révolutions menées durant ces deux derniers siècles, afin de mieux mettre en place leur «république universelle» et sa religion mondiale luciférienne.

Tuer pour monter de grade

Pour passer ses grades dans la hiérarchie maçonnique, il est obligatoire de commettre des crimes particulièrement atroces. Il faut aussi commettre des crimes financiers, des vols, des détournements, des captations d’héritage, etc.

Le premier «travail» du franc-maçon étant de capter l’héritage familial, la totalité des biens et des fortunes des francs-maçons, y compris ceux «acquis» autrement que par captation d’héritage, seront restitués aux branches familiales criminellement lésées. Les héritiers directs des francs-maçons seront définitivement déshérités car nul ne peut hériter à la faveur de tant de crimes. Les adeptes des sacrifices humains croient qu’ils tirent une énergie de leurs rites sanguinaires, quelque chose qui leur donnerait des pouvoirs.

Pour être un véritable initié franc-maçon, il est obligatoire d’accomplir au minimum un meurtre. C’est par le meurtre que le franc-maçon se «libère», qu’il accède à un «niveau de conscience supérieur» et qu’il «s’élève» au-dessus du reste des êtres humains qui ne sont que des «victimes à sacrifier».

Pour les hauts grades de la Franc-maçonnerie, il faut avoir beaucoup plus de meurtres à son actif. Plus on monte dans la hiérarchie maçonnique et plus on doit avoir commis de meurtres.

Les camps d’extermination d’Hitler n’étaient pas des blagues de potaches. Il n’y a pas de rite satanique sans sacrifice humain, de préférence bien dégueulasse. Les grades vont de 3 à 100 degrés. Assassinats et viols d’enfants, génocides au Rwanda (100 000 tués, guerre civile au Congo).
Tièfing Niaré, Socio-anthropologue Nashville, de passage à Bamako

L’Inter de Bamako du 21 Mai 2012