Partager

De sources bien informées, le chef de l’Etat doit en principe rencontrer cet après-midi à Koulouba l’opposition mais d’abord les partis de la majorité présidentielle, après la réunion hebdomadaire du Conseil des ministres. «Cette rencontre, qui devait se tenir avant les derniers événements de Kidal, mais plus d’une fois reportée est confirmée. Elle se tiendra entre le chef de l’Etat et 52 chefs de partis politiques de la majorité puis avec quatre leaders de l’opposition : Soumaïla Cissé de l’URD, Tiébilé Dramé du PARENA, Modibo Sidibé des FARE et Amadou Koïta du PS Yelen Kura » , nous a expliqué Sambi Touré, le patron de la communication présidentielle.

Si cette rencontre se tenait, ce sera une première depuis l’accession d’IBK à la tête du pays le 4 septembre 2013. Elle traduira certainement la volonté du chef de l’Etat d’écouter les forces politiques du Mali en vue de recueillir leurs suggestions et critiques pour accélérer la résolution de la crise que traverse le pays. Même si du côté de Koulouba, on estime que « cette rencontre était prévue de longue date » , on peut dire que les derniers développements de la situation à Kidal l’ont accélérée.

Si du côté des partis de la majorité, un chef de parti nous a confirmé qu’il a reçu l’invitation et que la rencontre est prévue pour 14 heures, du côté de l’opposition, c’est plutôt le scepticisme et la critique par rapport à la forme de cette invitation. C’est par un sms téléphonique que cette invitation est tombée. Le message téléphonique aurait été envoyé au secrétariat général de l’URD par la primature.

En effet, le sms en question est ainsi formulé : « Salam. Mon président, le président de la République reçoit tous les présidents des partis politiques de l’opposition le mercredi 4 juin 2014 à 16 heures dans la salle d’en face de la salle des banquets. Merci de confirmer. Coulibaly Sidiki Almamy de la part du Premier ministre .»

Certaines sources proches de l’opposition n’apprécient pas la forme de cette invitation de la présidence de la République. Pour venir échanger avec le chef de l’Etat, estime un responsable de parti, ce n’est pas par un sms que les leaders de l’opposition doivent être informés.

« La présidence de la République a des structures appropriées pour inviter à de telles rencontres. Nous considérons que nous ne pouvons pas être invités par le président de la République par un sms. On peut nous inviter au moins par appel téléphonique par exemple par le biais du Secrétaire général Toumani Djimé Diallo» , a expliqué le Secrétaire général du PARENA, l’ancien ministre Djiguiba Kéita dit PPR. Avant d’ajouter : «Même si nous sommes dans une République bananière, il y a un minimum de sérieux à observer surtout de la part de la présidence de la République.. ; »

Pour un autre leader de l’opposition, la forme de cette invitation laisse à désirer et il y a de fortes chances que les personnalités concernées ne se rendent pas à Koulouba sur la base de ce sms pour« ne pas tomber dans un traquenard ou qu’on dise après qu’ils sont partis négocier des postes avec le chef de l’Etat… » . Pour analyser cette situation, une réunion s’est tenue hier soir au siège de l’URD pour réfléchir à cette situation.

Aux dernières nouvelles, les responsables de l’URD ont assuré que leur parti ou leur leader Soumaïla Cissé ne se rendra pas à une telle rencontre. «Si c’était le Premier ministre qui nous invitait on pourrait y aller mais un inconnu au nom du Premier ministre et par sms, cela n’est pas sérieux. C’est un manque de respect à notre endroit». Même son de cloche du côté d’Amadou Koïta du PS Yelen Kura et de Jeamille Bittar de l’UMAM.

Bruno Djito SEGBEDJI

SOURCE: L’Indépendant du 4 juin 2014.