Partager

Dans une lettre en date du 26 mai 2010 adressée au Ministre du Travail, de la Fonction Publique et de la Réforme de l’État, le Collectif des Syndicats de l’Education entend observer une grève de dix jours ouvrables allant du lundi 07 au vendredi 18 juin 2010. Ainsi, les différentes composantes de ce syndicat la COSES, la FEN et la FENAREC, décident de boycotter les examens de fin de cycle pour non- satisfaction de leurs points de revendications. Puisque la période d’arrêt de travail coïncide avec les dates des examens. Le syndicaleux en chef, Youssouf Diarra a décidé de passer par la méthode draconienne pour faire plier le gofernement. C’est pourquoi, cette menace de boycott plane sur les différents ordres d’enseignement.

S’agissant de l’enseignement normal, à savoir les Instituts de Formation des Maîtres (IFM) les examens de fin d’année se dérouleront en deux étapes. Les épreuves orales et pratiques auront lieu dans l’intervalle du 09 au 16 juin 2010. Et celles écrites se feront entre le 21 et le 25 juin 2010. Auparavant, le Certificat d’Aptitude Professionnelle (CAP) se déroulera le 07 juin 2010. Cet examen sera suivi de celui du Diplôme d’Etudes Fondamentales (DEF) le 14 juin 2010.

Concernant les candidats du secondaire général, ceux-ci seront soumis aux épreuves du Baccalauréat à compter du 16 au 19 juin 2010.

Au finish, seul le Brevet de Technicien (BT) prévu pour le 21 juin 2010 est épargné par la crise.

Par ailleurs, si cette menace est mise en exécution l’école risque de connaître en partie le scénario des examens de 2008. Même si le Pr. Salikou, qui se voit le dos au mur, peut compter sur le puissant syndicat des contractuels du secondaire (SYPCES) pour la surveillance et la correction des<< fameux sésames>>. Il a tout de même intérêt de mettre en branle la commission de conciliation pour un dénouement heureux de la crise.

Namory Kouyaté

Le Scorpion du 02 Juin 2010.